17 février 2014

"Nous avons toutefois le mandat de coordonner les interruptions volontaires de grossesse de 3e trimestre"

Admet la CSSS Jeanne-Mance.
Le CSSS Jeanne-Mance indique dans un document que «parmi les raisons invoquées par les femmes [qui se rendent aux États-Unis pour un avortement tardif] figurent le mode de vie précaire, une situation instable, la toxicomanie, des problèmes de santé mentale ou physique».

Tellement vague.

"Un mode de vie précaire" peut être celui d'une étudiante.



Elle tient toutefois à préciser qu’aucun avortement tardif ne se déroule entre les murs du CSSS.
On sait que les avortements tardifs se déroulent au CLSC des Faubourgs. C'est dans la zone de la Commission.

Mais de façon général, le CHU [Ste. Justine] réalise les avortements après la 23e semaine seulement si l’enfant présente un problème de santé complexe.

Retenez ces mots: "De façon général".

Ca veut dire qu'il y a des exceptions dont ils n'osent pas en parler.

Aucun commentaire: