31 octobre 2013

L'Archévêque Lacroix sceptique envers le "consensus québécois" sur l'euthanasie

D'ailleurs, il a sursauté lorsque le ministre de la Santé a présenté le projet de loi et qu'il a dit qu'il y avait «consensus dans la société québécoise». Or, rien n'est plus faux selon l'archevêque, qui cite en exemple le vote de mardi à l'Assemblée nationale où la moitié des libéraux se sont opposés à l'adoption de principe sur le texte.

Mais mon cher archévêque,
il y a consensus.


Comment savoir?

Il s'agit de suivre ma formule de la création d'opinion publique au Québec.

Les députés qui ont voté contre l'euthanasie sont des fédéralistes.

Donc leur opinion ne compte pas.

Si ça aurait été des francophones séparatistes qui se seraient opposé, alors là on pourrait conclure qu'il  n'y a pas de consensus.

Mais quand des anglophones, des croyants, des fédéralistes et des immigrants non-intégrés s'expriment sur un sujet qui rassemble la majorité des francophones de souche séparatistes et non-pratiquants, alors il y a consensus.

On peut appliquer cette formule sur n'importe quel sujet au Québec.


1 commentaire:

Le Gentil Astineux a dit...

Le problème avec les évêques du Québec, c'est qu'ils se sont accoquinés avec les rabbins et mollahs.

C'est vrai que nous avons reçus plusieurs vagues d'immigrants, mais ceux là n'étaient pas intégristes au point de déclarer des guerres contre les infidèles que nous sommes.

Les religions ne sont pas tous égales, la meilleure étant la catholique, il devrait en prendre note avant qu'il soit trop tard.