5 août 2013

Une mendiante obtient 8000 $ pour «atteinte à sa dignité»

Je ne suis pas d'accord avec les propos du condamné.

Et je ne suis pas convaincue que ses propos constituaient une véritable menace de mort.

Mais exprimer sa haine, même au gouvernement, ne devrait pas être un crime.

Le motif pour la plainte était pour la sécurité de la dame.

Correct. Dépose une plainte liée à sa sécurité.

Pas une plainte liée à son état psychologique.

N'importe qui peut dire qu'il était en détresse à cause des propos d'un autre.

Si les menaces étaient sérieuses, qu'on l'accuse d'un crime.

Mais le problème c'est qu'on veut la justice biaisée pour les victimes. Donc on choisit le Tribunal des droits de la personne, où les critères pour la preuve sont beaucoup plus floues et souples que dans une cour criminelle.

Franchement, il faut abolir ces tribunaux. Seuls une cour devrait avoir le droit de déterminer les coupables selon les critères normales en matières criminelles, pour pouvoir protéger les droits des accusés, comme le droit de s'exprimer.

Aucun commentaire: