12 mars 2013

Une agnostique explique: Pourquoi l'Église ne se modernise pas?

Lise Ravary a compris:

Soyons sérieux: La réforme du catholicisme que les Québécois aimeraient voir, qui comprendrait l’ordination des femmes, le droit pour les divorcés de se remarier, le mariage gai, un ok à la contraception et à l’avortement, ça n’arrivera pas. Pas dans ce siècle. Et probablement jamais. L’Église aimerait mieux mourir que d’intégrer toutes ces réformes à mille lieux du dogme. Or, toutes les religions reposent sur un dogme.

Tant que Dieu n’acceptera pas d’aller raconter son vécu à Tout le monde en parle, on devra faire avec le dogme. Du latin dogma qui veut dire principe. Et non pas croyance, comme on le croit trop souvent.

En proie à une laïcisation sauvage des valeurs anglaises, l’Église d’Angleterre, protestante, a connu des décennies de libération théologique. Il y a des femmes prêtres. Certaines congrégations acceptent l’homosexualité. Le divorce n’a jamais été un problème, ni l’ordination des prêtres. Or, tous s’attendaient à ce que, sous le coup de la modernisation, les églises anglicanes allaient se remplir à nouveau. Surtout, dans le pays qui a vu cette église d’État naître.

Il n’en fut rien. Au contraire. Malgré la libéralisation des principes de la foi chrétienne anglicane.

L'Église ne change pas parce qu'elle se base sur la Révélation Divine.

La Révélation Divine ne change pas.

Aucun commentaire: