17 mars 2013

La foi est plus qu'une morale

Mario Roy:

Le fragile Homo sapiens n'aurait pas survécu 200 000 ans si ne s'était graduellement gravée dans ses gènes, par sélection naturelle, une prédisposition à la «vertu»: empathie, coopération, réciprocité.


En quelque sorte, de sa manière détournée, il fait l'apologie de la loi naturelle.

L'humain lui-même est la boussole de la morale. Son mode de fonctionnement dévoile ce qui est bien ou mal.

Comme le sous-entend l'auteur, l'homme a une prédisposition à la vertu parce qu'il y en a besoin.

Cependant, l'existence de Dieu sacralise cette morale et lui donne son autorité. Le vertu fonctionne en général, mais un individu peut y avoir intérêt à le transgresser à un moment donné. Si toi tu es plus fort et méchant que les autres, et que tu as les moyens de violer les droits de autres pour ton gain, le côté pratique de la vertu ne vous convaincra pas de ne pas commettre le mal. Mais, si on voit en Dieu la source de la loi morale, et la source de notre dignité, on serait moins porté à violer la loi morale.

Alors voilà pourquoi Dieu est logiquement nécessaire à une loi morale.

Mais la foi n'est pas la morale. Pour être un être décent, il n'est pas nécessaire d'être croyant.

Jésus a quasiment dit autant:

46 Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous? Les publicains n’agissent-ils pas de même? 47 Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d’extraordinaire? Les païens n’agissent-ils pas de même? 48
(Mt. 5, 46-47)

En d'autres mots, les païens, sans Révélation divine, sont capables d'agir moralement.

Alors, quel est le but de la religion catholique?

Il se résume par ses paroles de Jésus:

Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. (Jean 13, 34)

Qu'est-ce que cet amour peut avoir l'air? Revenons à Mathieu chapître 5:

8 Vous avez appris qu’il a été dit: œil pour œil, et dent pour dent[j]. 39 Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l’autre. 40 Si quelqu’un veut plaider contre toi, et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau. 41 Si quelqu’un te force à faire un mille, fais-en deux avec lui. 42 Donne à celui qui te demande, et ne te détourne pas de celui qui veut emprunter de toi.

43 Vous avez appris qu’il a été dit: Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi[k]. 44 Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, [bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent,] et priez pour ceux [qui vous maltraitent et] qui vous persécutent, 45 afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. 46 Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous? Les publicains n’agissent-ils pas de même? 47 Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d’extraordinaire? Les païens n’agissent-ils pas de même? 48 Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait.

Donc, la foi catholique se résume comme suit:

Dieu est bon envers tous. Alors toi, tu dois être bon envers tous, même envers ceux qui te font tort.

La coopération, l'empathie etc dont Mario Roy parle n'est pas désintéressé. On sait qu'à quelque part si tout le monde agit de la sorte, ça va aller mieux pour soi-même au bout du compte. C'est dans notre intérêt de respecter les règles de la morale pour préserver l'harmonie du groupe et entretenir des bonnes relations avec nos proches.

Mais, imiter la bonté de Dieu, c'est-à-dire, aimer ceux qui nous aiment pas,  n'apporte aucune garantie terrestre. Si on traite bien notre ennemi méchant, il n'y aucune garantie qu'il sera converti. Même, ça pourra le fâcher plus.

Aimer selon la formule de Jésus c'est la façon de devenir comme Dieu et donc s'unir à Dieu et trouver la bonheur pour laquelle Dieu nous a crée.

C'est ça la sainteté. C'est la raison Jésus est venu: pour rendre possible la sainteté qui donne la vie éternelle.


2 commentaires:

Richard Synnott a dit...

bonjour Suzanne,

Si j'étais déjà prêtre, je crois que je ferais une homélie avec votre texte !

Suzanne F. a dit...

C'es trop gentil!