29 octobre 2012

Le leadership de Développement et Paix remis en question

Logo Développement et Paix

Il semble que les militants sont très mécontents du leadership:

Le personnel et bon nombre de membres se retrouvent avec des orientations et priorités – affirmer d’abord l’identité et l’enseignement catholiquequi n’ont plus rien à voir avec la mission originale de solidarité internationale de DP [Comme si l'enseignement catholique n'a rien à voir avec un organisme catholique!] 
...

Le Conseil national, comme bien d’autres que l’on connait, disent agir «par respect pour les préoccupations de nos évêques» (en fait quelques conservateurs), ou «dans l’intérêt supérieur de l’ensemble de notre organisation». Intérêt de qui? De quoi? De l’Église? De la CECC? Du virage conservateur imposé? Il y a de quoi s’inquiéter grandement quand on entend cette phrase lors d’un Conseil national : «L’identité catholique ce sont les évêques et on doit leur obéir». Au centre de la foi chrétienne c’est Jésus Christ et son Évangile. N’ont-ils jamais entendu parler d’un certain Jésus et de ses critiques des autorités religieuses et civiles et de son action politique radicale au Temple de Jérusalem?
Y comprennent rien là-dans!

Comment est-ce qu'une Église peut avoir l'arrogance d'exiger que ses organismes respectent et promouvoient ses enseignements.  Quelle effronterie!
 
C'est drôle comment ces gens agissent comme si l'enseignement de l'Église était quelque chose complètement étrange à l'enseignement de Jésus.

 Si tu penses que les enseignement de l'Église catholique sont contraires à l'enseignement de Jésus, kessé tu fais dans l'Église?

Tu penses vraiment être le bienvenue dans une organisation que tu souhaites refaire à ton image en contradiction avec ses principes?

2 commentaires:

Miguel Morin a dit...

L'Esprit-Saint travaille. Ces "hippies" religieux doivent le constater... l'orthodoxie est de retour... enfin!

Suzanne F. a dit...

On a encore du chemin à faire. Les évêques québécois étaient prêts à permettre leur campagne. C'est grâce aux évêques au Canada anglais que tout ce drame a lieu. Remarque ben que les dissidents québécois mettent l'accent sur la scission linguistique, comme si le fait même d'être anglophone signifiait qu'on avait tort et qu'on connaissait rien. Un catholique c'est un catholique, quelque soit sa langue.