25 octobre 2012

8 Questions dont on ne pose jamais aux politiciens pro-choix

C'est simple. Les journalistes ne posent jamais des questions difficiles aux pro-avortement. Ils ont peur des réponses.
  1. Vous dîtes que que vous appuyez le libre choix en matière d'avortement. Est-ce qu’il y a des restrictions sur l’avortement dont vous êtes en faveur?

  2. Est-ce que le phénomène du féticide féminin vous pose problème? Ou considérez-vous que le droit de terminer une grossesse est absolu?

  3. Une adolescente peut obtenir un avortement sans la connaissance ni le consentement des parents, mais il est interdit de lui administrer une aspirine sans l’autorisation parentale. Est-ce que vous êtes en faveur des restrictions sur l’avortement pour les mineures? Est-ce que vous croyez que les parents devraient en être notifiés?

  4. Si vous ne croyez pas que la vie humaine débute à la conception, quand débute-t-elle, d’après vous? À quelle étape de développement l’enfant à naître devrait avoir des droits humains?

  5. La plupart des foetus atteints de la Trisomie 21 sont avortés. Que répondez-vous aux gens qui disent que ça ressemble à l’eugénisme, c’est-à-dire, l’élimination graduelle de tous ceux que notre société considère comme étanst indigne de vivre?

  6. Croyez-vous qu’un médecin devrait être obligé de violer sa conscience religieuse en référant une patiente pour un avortement?

  7. Croyez-vous que l’avortement devrait être légal si le foetus est viable, c’est-à-dire, capable de survivre en dehors de l’utérus?

  8. Si une femme enceinte et son enfant à naître sont tués, croyez-vous que le coupable devrait faire face à deux chefs d’accusation et purger une peine plus sévère?

    Inspiré par cet article.


Aucun commentaire: