3 août 2012

Moins de scolarisation, pas plus

Une élève ennoyée assise devant un manuel scolaire

L'article sur la maternelle à quatre ans, (et le billet que j'écris là-dessus)  m'a fait réfléchir sur la situation scolaire.

Je pense qu'on devrait repenser l'éducation dans sa totalité.

Est-ce qu'on a besoin que tous les jeunes passent leur secondaire?

Franchement? Non.

On vit dans un monde de sur-scolarisation. On va chercher un bac pour faire des jobs qui, dans le fond, ne requièrent qu'un DEC ou même un diplôme secondaire.

On n'est pas tous faits pour travailler comme des professionnels. On n'a pas tous besoin d'apprendre la chimie et la physique et l'algèbre avancé en secondaire 4. C'est même contre-productif. Au moins la moitié des gens n'auront pas besoin de ces connaissances dans la vie quotidienne, et comme un grand nombre s'en fichent de toute façon pourquoi les forcer à l'apprendre pour devenir un adulte (du point de vue sociologique)? Si tu n'as pas de tête pour les sujets d'école après la huitième ou la neuvième année, bin trouve-toi une job qui te convient, et bonne chance. Si tu changes d'idée, il ne manque pas de programmes de réintégration scolaire.

Je connais les objections: la majorité des emplois réquièrent des diplômes de secondaire, et le jobs payants nécessitent de l'éducation.

Mais dire ça, c'est contribuer au cercle vicieux.

Les diplômes de secondaire valent moins parce que plus de jeunes finissent leur secondaire. Alors, il y a plus de candidats disponibles pour les emplois, Alors on baisse les salaires et on augmente les critères. Au lieu d'exiger un DES on demande un DEC. Donc, plus de gens essaient d'obtenir un DEC, donc on exige un bacc...

D'après moi, on devrait obliger les jeunes à finir leur secondaire deux/huitième année. Ensuite, ils devraient prendre une décision: continuer l'école ou se trouver un emploi. Pas capable de trouver un emploi? Retourne à l'école.

Je trouve même qu'un peu de temps sur le marché du travail serait très bénéfique pour beaucoup de jeunes. Après avoir rushé des mois de temps à faire des jobs très physiques, je trouve que biens des étudiants retourneraient sur les bancs d'école contents de ne plus avoir à s'épuiser. Ils valoriseraient l'éducation beaucoup plus s'ils avaient l'expérience de vivre sans diplôme et de faire des jobs marginaux.

Et certains jeunes réussiraient malgré l'absence de diplômes. Bravo! Ils auraient sauvé le contribuable beaucoup d'argent. C'est bien plus efficace comme ça.

Aucun commentaire: