1 juillet 2012

Qu'est-ce que le programme du chrétien conservateur moyen?

On m'accuse souvent d'être un Taliban. Oui, c'est vrai que je favorise l'égalité pour tous, incluant les enfants à naître. C'est vrai que je crois qu'on devrais restreindre la production de la pornographie. C'est vrai que je crois qu'on doit continuer à crimainliser le traffic de drogue.

Cependant, il y a une chose qu'on ne dit pas à propos de moi et mes semblables:

Je veux que tous aient plus de liberté.

Ce qui est nettement contraire à la pensée Taliban.

Pourquoi? Pourquoi est-ce qu'un personne avec une idéologie aussi "moralisatrice" ne chercherait pas à prendre le pouvoir et imposer sa volonté, comme l'a fait la gauche?

Une citation de l'américain John Zmirak traduit fidèlement ma pensée:


Il semble clair que la sphère publique en Occident est irrémédiablement antichrétienne. Donc, la seule réponse logique des chrétiens doit être d'essayer de la réduire. Au lieu d'essayer de baptiser un Léviathan qui nous anéantit depuis longtemps, nous ferions beaucoup mieux de le mettre cage et d'affamer la bête.

Nous devrions favoriser les impôts les plus faibles possible, quelle que soit la "bonne" utilisation que les politiciens nous promettent. Nous devrions nous opposer à presque tous les programmes que le gouvernement vise à atteindre, quel que soit leurs buts. Nous pouvons faire des exceptions ici et là : Nous pouvons favoriser la protection des vies innocentes, soutenir des mesures comme décider de l’emplacement des feux de circulation et jeter les criminels en prison. Mais c'est à peu près tout.

Une politique publique d’inspiration chrétienne devrait se concentrer non pas sur la capture du pouvoir de l'État, mais sur sa diminution, au strict minimum nécessaire pour faire respecter les droits individuels. De même, la part de notre richesse saisie par l'État doit être radicalement réduite, afin de permettre les initiatives privées et les organismes de bienfaisance, à la place des institutions bureaucratiques qui sont sans âme et inefficaces, comme l'État-providence.

Au lieu de demander l'aumône pour nos écoles, sous la forme de subventions, nous devrions plaider pour la privatisation des écoles publiques qui, par leur nature même, dans l’Occident post-chrétien d'aujourd'hui, sont des moteurs de la laïcité intolérante. Et ainsi de suite pour presque toutes les institutions de l'État centralisé, qui a détourné les activités légitimes de la société civile et des églises et qui, chaque année, vole tellement de notre richesse pour la gaspiller, que nous pouvons à peine nous permettre d’avoir des enfants.

Je ne dis pas que le chrétien conservateur serait d'accord avec tous les points ici, mais, ça donne l'orientation générale.

L'État n'est pas notre ami.

Aucun commentaire: