20 juillet 2012

Pourquoi les gens ne s'intéressent-ils pas au travail des prêtres?

Un prêtre missionnaire lamente:

Mais je trouve curieux le manque d’intérêt pour les milliers de prêtres qui sacrifient leur vie pour des millions de jeunes parmi les plus défavorisés de la planète. Cela vous intéresse-t-il de savoir que j’ai transporté beaucoup d’enfants faméliques par des chemins minés en 2002 en Angola parce que ni le gouvernement, ni les ONG n’y étaient autorisés? J’ai enterré des douzaines d’enfants morts. J’ai sauvé la vie de milliers de personnes au Mexique au moyen du seul centre de santé existant dans une zone de 92,000 km carrés grâce à la distribution d’aliments et de graines de semence. J’ai éduqué plus de 110,000 enfants.

Ça n’intéresse personne de savoir que le père Roberto, 75 ans, passe sa vie à soigner les enfants de la rue de Luanda en les désintoxiquant de la gazoline qu’ils aspirent en gagnant leur vie comme lance- flamme. L’alphabétisation des prisonniers n’est pas non plus une nouvelle. Ni que le père Stéphane organise des maisons de passage où des jeunes maltraités, battus et même violés trouvent refuge. Plus de 6,000 parmi les 40,000 prêtres et religieux actuels ont quitté leur pays et leur famille pour servir leurs frères dans des léproseries, des hôpitaux, des camps de réfugiés, des orphelinats.


Pourquoi les gens ne s'intéressent-ils pas au travail des prêtres?

La raison est simple: Le monde ne s'intéresse pas à la foi.

Pour des décennies, les catholiques professionnels ont insisté que la foi et les croyances étaient secondaires aux actes. À tel point qu'ils ont négligé d'enseigner les rudiments de la foi et l'obligation d'adhérer aux croyances catholiques.

Résultat?

La foi n'est plus importante. De plus, pour un grande nombre, c'est même malsain. Les catholiques professionnels ont traité la foi-- la véritable foi-- comme malsain, alors c'est un peu normal que les (anciens) fidèles fassent pareil. Comme Jésus a dit, le servant n'est pas meilleur que son maître.

Et si la foi est quelque chose de malsain, pourquoi les québécois se s'intéresseraient aux travail des prêtre plus que le travail des ONGs, par exemple?

La foi ne retient plus l'attention des gens.

Félicitations, catholiques professionnels, vous avez abaisé la foi aux yeux des québécois, en voilà le résultat: Les prêtres sont facilement diffamés. On croit tout ce qu'on dit à propos d'eux, et le bien qu'ils font n'a pas d'intérêt spécial.

Si on veut que le travail des prêtres soit valorisé, il faut que la foi soit valorisée. Si elle ne l'est pas, leur travail n'est pas plus spécial que le travail des autres gens engagés dans le service social.

C'est difficile à accepter, mais c'est vrai.

Aucun commentaire: