18 juin 2012

La paternité.. une affaire de gouvernement?

Joanne Marcotte s'indigne contre l'investissement de 1.45 millions dans un programme pour revaloriser la paternité.

Est-ce que le désengagement des pères est vraiment un gros problème dans notre société? Je comprends qu'il existe des pères absents ou abusifs, mais en somme...? Est-ce que ça justifie une telle dépense?

Si les pères ne veulent pas s'engager dans le projet parental, pourquoi est-ce que les fonctionnaires devraient s'impliquer?   Le coeur des hommes ne peuvent être changés que par d'autres personnes. Ce n'est pas une intervention bureaucratique, systématique ou formelle qui changera les attitudes.

Dans le fond, ça devrait être les acteurs dans le monde culturel qui s'en chargent: la famille, l'école, les média, à la limite les psy et ainsi de suite. Eux-autres ont le pouvoir de vraiment changer quoi que ce soit en ce qui concerne la paternité.

Pas un programme.

Comment on va mesurer l'impact de cette dépense? Comment va-t-on savoir si ce million va vraiment changer l'attitude des pères et améliorer leur implication dans la famille.

Aucune façon de le savoir  Bien sûr, les pères peuvent répondre à un sondage, mais c'est un peu biaisé à l'avance. Les répondants auront tendance à répondre que les choses se sont améliorés, que ça soit vrai ou pas.





Aucun commentaire: