2 avril 2012

Mgr Lépine à Tout le monde en parle

Un billet vite-vite, parce que je suis occupée ce matin.

J'ai seulement écouté l'extrait sur Radio-Canada (et s'il y a d'autres extraits, veuillez m'en faire part). Quand j'ai réalisé que je le manquais, il était un peu tard. C'est ça la vie de mère!

J'ai lu les remarques sur Twitter et on a dit qu'il avait la langue de bois. Effectivement, il s'exprimait très diplomatiquement, bien que j'ai vu pire.

C'est vrai que Mgr. Lépine était dans une salle assez hostile à son message et à ses croyances, donc c'est un peu normal qu'il se sentait sur la défensive.

Il a essayé d'exprimer la position de l'église sur l'homosexualité et le sexe avant le mariage en se réferrant sur l'amour et le don de soi. C'est bien, mais les gens ont l'impression de se faire mentir que un représentant de l'Église parle comme un politicien.

Cependant, c'est un peu de valeur qu'il faut dépendre sur l'Archévêque pour vendre le message l'Église. Un représentant d'une institution n'a pas le luxe de parler franc. C'est la nature du leadership d'une grosses entité. D'ailleurs, c'est un académique, donc quelqu'un qui a l'habitude de prendre dix phrases pour dire des choses qui se disent en une seule.

C'est un peu injuste que tout dépend de lui. L'Église a besoin de porte-parole non-officiel pour dire la façon catholique de penser, de façon vulgarisée, pour que le commun des mortels puissent comprendre au moyen le sens du message.

Chaque mouvement a ses porte-parole officiels et non-officiels. On ne demande pas à Stephen Harper de commenter sur la pensée conservatrice, il va te faire tourner en rond. On va voir Ezra Levant ou Éric Duhaime. Ils vont donner l'heure juste sur comment les conservateurs voient les choses. Ça peut fâcher, mais au moins c'est authentique! Les gens peuvent au moins respecter le fait d'être franc.

Les catholiques manquent de porte-parole parce que les catholiques ne s'affichent pas assez ouvertement et j'ai l'impression qu'ils ont peur de confronter les questions difficiles. Comme prenons l'exemple de l'homosexualité. On a demandé au Monseigneur si l'homosexualité était une maladie. Bon, il a pris plusieurs mots pour un peu contourner la question pour dire que ce n'était pas, mais les gens l'ont pas compris parce qu'il patinait au tour. Alors moi j'aurai préferé qu'on y aille tout droit: l'homosexualité est le produit d'une carence affective. Et des carences affectives, bien des gens en ont et ça produit toutes sortes de sentiments et comportement non-voulus et indésirables. Bang! On rentre complètement dans! On fait le débat.

Je n'ai pas vu un seul porte-parole capable de faire autant. Il faut avoir du monde capable d'expliquer de façon concret et authentique le point de vue de l'Église. Sans ça, on ne peut répandre le message-- on ne pourra pas évangéliser.

5 commentaires:

Éléonore a dit...

Ce qui est difficile en tant que croyant quand on veut donner notre opinion (basée sur la Bible) sur l'avortement, la sexualité hors-mariage et encore pire l'homosexualité c'est que les gens croient qu'on juge et condamne tout le monde... on peut condamner le vol et ne pas rejeter le voleur, on peut comdamner le jeu compulsif et non rejeter le joueur.
Dire dans une salle hostile, devant des gens qui se croit tellement hot, libre, empathique, etc qu'on est contre l'homosexualité (et non contre les personne vivant dans l'homosexualité) est se condamner soi-même à subir l'incompréhension totale de la population et même plus à être accusé de vouloir du mal aux homosexuels. DEvant le fou du roi à l'émission Tout le monde en parle condamner l'homosexualité c'est comme si on condamnait cet homme là :( alors la foule est absolument pas réceptive pour écouter le message :(

Suzanne F. a dit...

À quelque part, il faut oublier qu'on va être incompris et dire de la manière qu'on le pense. Parce qu'en essayant d'être diplomate, on est encore plus mal compris!

Si on voit une attitude accueillante et sans jugement, bien que les gens n'acceptent pas le message dans le moment, une partie de l'audience vont finir par l'apprécier et l'accepter à force qu'elle y soit exposée régulièrement. Si on recule devant les condamnations, on mine à notre crédibilité

Pat3Qc a dit...

Il y a une façon de présenter les choses. Mes amis et collègues de travail connaissent ma foi chrétienne. Par ailleurs, ils connaissent mon parcours et ma sortie du mode de vie homosexuelle grâce une thérapie.

Souvent, les gens sont très heureux d'apprendre qu'il existe des solutions pour sortir de la superficialité et du narcissisme du mode de vie gay.

Quelques-uns ont même été choqué d'apprendre les menaces faites par le lobby gay à ceux qui désire diffuser l'information alors que cela pourrait des jeunes vivant avec un attrait non-désiré pour le même sexe d'éviter un suicide.

Le Gentil Astineux a dit...

@Suzanne,
Je suis curieux de savoir qu'elle partie de mon billet concernant les invités de dimanche dernier à TLMEP ne semble pas avoir fait votre affaire.
Pour être franc, je crois que c'est....

http://gentiblogue.blogspot.ca/2012/04/les-coupures-radio-canada-tout-le-monde.html

Daniel Arseno a dit...

Je veux bien que le représentant d'un institution n'ait pas le luxe de parler aussi franchement que d'autres, mais il y a quelque chose de particulier en l'espèce: l'institution en question, c'est l'Église et ce dont on parle est l'évangile. On ne peut pas tourner en rond lorsqu'on parle de l'évangile. Il faut dire les choses clairement et les appeler par leur nom. Les actes homosexuels sont un comportement gravement désordonné et un péché. Omettre de le dire, c'est de garder les gens dans l'obscurité. L'archevêque aurait du saisir l'occasion pour essayer de réchapper quelques âmes parmi les millions de spectateurs, plutôt que tourner en rond pour essayer de plaire à tout le monde. Où sont les évêques d'autrefois qui étaient prêts à mourir pour la foi et qui dans bien des cas ont subi le martyr?a