25 mars 2012

Les catholiques défendent mal la foi

Un des gros problèmes avec les catholiques québécois et surtout les catholiques professionnels c'est leur incapacité de défendre la foi catholique avec vigueur.

C'est sûr que Jasmin était en territoire ennemi et que le médium de la télé ne permet pas une explication détailée pour répondre aux questions des journalistes.

Cependant, j'ai l'impression que le catholique moyen a peur de blesser qui que ce soit ou de choquer les gens avec leurs réponses.

Et que parfois ils ne connaissent pas les réponses.

Par exemple, Gendron martelait la question de l'homosexualité. Pourquoi s'y opposer? Pourquoi est-ce que les prêtres n'auraient pas de le droit à une vie sexuelle?

J'avais l'impression qu'on ne voulait pas confronter la question, qu'on voulait être diplomate.

Oui, je le sais, il faut être diplomate des fois.

Mais, parfois, en voulant faire de PR, on ne va pas directe au message, et on ne fait pas comprendre les gens.

Pis c'est ça l'essentiel!

Quand on a fait l'objection que Mère Teresa doutait, on aurait dû défendre sa foi. Parce qu'un sentiment de doute, ce n'est pas la même chose que le doute.

Et puis l'homosexualité resort d'une carence affective et qu'un thérapie cherche à répérer et guérir cette carence.

On ne devrait pas accepter les prémisses de la question.

Et on aurait dû argumenter un peu avec le bonhomme. Jésus enterré au Kashmir? Voyons donc! On n'accepte pas la valeur historique de la Bible, mais on accepte des prétendu témoignages de gens qui ne l'ont pas connu et de troisième main?

Come on!


Il ne faut pas avoir peur d'être directe et de parler de façon authentique et de débattre un peu.

Je sais que c'est injuste de mettre toute la défense de l'Église et la foi sur un individu, mais le problème c'est que c'est la quasi-totalité de l'Église au Québec (et au Canada francophone dirais-je) qui est incapable d'avancer la foi.

Franchement, ça prendrait des cours professionnels d'apologétique.

C'est plate qu'il n'existe pas d'organisation professionnelle d'apologétique au Québec, parce que c'est exactement ça dont l'Église a besoin. Un organisme qui va tout dire et tout expliquer, sans gêne et sans excuse.

Les militants anti-catholiques comme Gendron mitraillent la foi catholique et les gens ne savent pas quoi dire ou comment répondre.

L'autre problème c'est la peur de se faire crucifier sur la place publique pour avoir le courage de dire les choses comme elles le sont.

Qu'on ait un peu de courage. Pensez-vous qu'on peut être catholique sans se faire crucifier? Réveillez-vous! C'était vrai dans le temps de Jésus, ça a toujours été vrai et ça continuera d'être vrai.

10 commentaires:

Daniel Arseno a dit...

Ce n'est pas une question d'incapacité. C'est une question de volonté. Jasmin Lemieux-Lefebvre n'a pas le mandat de défendre la Foi. S'il le faisait, il se ferait virer. S'il abordait la question de l'homosexualité, il serait obligé d'exposer l'enseignement de l'Église à ce sujet, ce qui offenserait tant les non-Catholiques que les Catholiques dits "pratiquants" et les leaders diocésains eux-mêmes, qui persistent à penser qu'ils peuvent redéfinir le catholicisme à leur image.

Pat3Qc a dit...
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Pat3Qc a dit...

J'ai coché pas d'accord :-) Au Québec, les catholiques ne sont - tout simplement - pas catholique. Encore aujourd'hui, quête spéciale à ma paroisse pour Développement et Paix qui finance des avortements.

Ils ne peuvent pas défendre une foi à laquelle ils n'adhèrent pas. Mgr Lépine lorsqu'il était curé de Repentigny a tenté de défendre la foi en proposant des conférences sur l'homosexualité. On lui a demandé d'annuler. Je ne sais pas ce qu'il va faire comme Archevêque mais la nomination me semble positive.

Partout, l'on voit des signes d'une renaissance catholique au Québec mais les paroisses (et autres mouvements libéraux) doivent mourir et c'est plutôt long. Même si Présence Magazine vient de fermer.

Miguel Morin a dit...

Une organisation laïque d’apologétique, je crois aussi que c’est vraiment ce qu’il nous faut au Québec. De cette façon ces laïques fiers de la Foi pourront la partager et les catholiques « professionnelles », qui jugent généralement leur intervention que par le nombre de personnes offensées, pourront se cacher derrière elle lorsque viendront les tollés. De cette façon l’Église officielle n’aura pas à se mouiller et le message de l’Église aura au moins été transmis. Pour le faire, il faut des laïques courageux et qui sont prêts à sacrifier beaucoup. Il n’est pas non plus question de devenir un mouvement qui deviendrait en opposition de l’Église officielle (relire les lettres de saint Ignace d’Antioche si la tentation vous prend). Notre motivation doit toujours demeurer l’amour du Christ, de son Église. Si un tel projet vous intéresse, veuillez me le faire savoir.

Pour ce qui est de Mr Lemieux-Lefebvre, je le trouve bien courageux d’aller à une émission pour répondre à ces questions délicates. Chaque fois que vous avez une discussion religieuse au Québec avec un non-croyant, peu importe votre sujet de départ, vous êtes toujours à une interaction de l’homosexualité, de l’ordination des femmes, de sa grand-mère qui devait faire 15 enfants, des croisades, de l’inquisition, de Galilée, du célibat des prêtres, etc. Pourquoi? Parce que c’est tout ce que le québécois moyen de moins de 35 ans ne connait de « sa » religion, car c’est tout ce que les médias officiels lui servent (cette émission le prouve encore). On a fait de ses questions délicates une véritable apologétique pour justifier aux masses leur indifférence religieuse. C’est dit un peu cru, mais c’est cela quand même.

Suzanne F. a dit...

Brainstorm: je pense ce qu'on a de besoin au Québec c'est un forum aux questions du public avec des spécialistes dans divers domaines-- comme celui de EWTN.

Les spécialistes en question seraient des gens capables de communiquer dans un langage de M. et Mme. Tout le Monde, et ils n'auraient pas peur d'offenser la popuation.

C'est certain que des gens s'en serviraient pour justifier leur abandon de l'Église, mais avec la prolifération de l'information, on finirait par éduquer les gens.

Bien sûr les mêmes questions reviendraient, alors on pourrait rédiger des textes pour répondre aux objections les plus fréquentes. Comme ça il y aurait une banque d'articles qu'on pourrait distribuer pour éduquer les gens sur ces questions.

Moi je pense que ça pourrait poigner mais ça prendrait du monde instruit et techniquement à l'aise.

Suzanne F. a dit...

Pat, les baptisés sont catholiques, il s'agit des éduqués :D Bien sûr ils ne sont pas en communion complète avec l'Église, mais voilà, il faut les instruire. Ce n'est pas de leur faute. Cependant, les catholiques professionnels ont l'obligation de s'instruire, et la responsabilité est encore plus grave pour l'évêque.

Je pense souvent à cette situation, parce que le manque d'instruction et d'orthodoxie est la racine d'un paquet de troubles et je ne vois pas beaucoup d'activité pour la corriger. On parle de "Nouvelle Évangélisation" mais j'ai l'impression que malgré les bonnes intentions des évêques choisis par le Cardinal Ouellet, que c'est "business as usual" au Québec-- on ne parle pas de la vraie foi. Oui, il y a des activités, on plus grand effort d'éduquer, mais ça reste qu'on encore une GRANDE PEUR d'aller au fond des tripes de la foi, si vous permettez le métaphor. Je sais qu'on ne veut pas épeurer les gens avec des concepts épeurants comme la mortification, la sanctification, la rénonciation de soi, etc (tu peux en ajouter!) sans parler de la morale sexuelle, mais à un moment donné, il faut assumer! Il faut dire-- ga, ça c'est notre foi, c'est la vérité, tu aimes ou tu aimes pas, c'est ton affaire.

L'Église officielle à mon sens ne fait pas la job et ne peut pas faire la job. Ça reste aux laïques de la faire. Parce que en ce moment, c'est seulement les laïques qui parlent franc et parlent d'un langage familier. À chaque fois qu'un prêtre parle à la télé, il est incapable de dire "oui" ou "non"-- ça lui prend des paragraphes pour dire des choses qui se résument en 3 mots et à force de vouloir nuancer, il mêle l'auditoire plus que s'il aurait parler directement. Ah, bien sûr il y aurait eu de l'incompréhension de la part des anti-catholiques, mais c'était la même chose pour Jésus, câline, il ne faut pas s'attendre à moins que ça.

Je sais que je radotte, mais c'est un sujet qui me tient à coeur.

Pat3Qc a dit...

Difficile d'éduquer les catholiques puisqu'après ils retourneront à leur paroisse et recevront - encore une fois - la théologie libérale du rite infra-ordinaire de la Messe (celle avec banderole au choeur, fraction du pain avant l'Agnus Dei, etc.)

Alors, j'ai rejoint un groupe catholique où je peux recevoir un enseignement conforme et je ne m'implique pas dans ma paroisse libérale. Elle n'a pas besoin de mon aide, elle est capable de mourir toute seule.

Suzanne F. a dit...

Mais des catholiques éduqués ne restent pas indifférents. Ils voient bien que le prêtre enseignent quelque chose d'entièrement différent du pape.

Alors eux ils peuvent défier le prêtre et les catholiques professionnels. C'est ça qu'on veut!

Miguel Morin a dit...

Pat : Bien sur, on peut parfois sentir le besoin de se ressourcer ailleurs, mais je crois que c’est aussi important d’être bien enraciner dans notre paroisse.

Pat3Qc a dit...

Je fréquente ma paroisse pour les sacrements (eucharistie et pardon) mais je ne m'implique pas. Je boycotte la quête et la dîme parce qu'ils appuient D&P.

Publiquement, je ne dénonce pas les prêtres. Je crois qu'il faut un appel particulier pour défendre l'enseignement du Magistère. Ce n'est pas le miens. Je m'efforce de vivre ma foi du mieux que je peux malgré les circonstances.