12 janvier 2012

Les parents homosexuels

Canoe:

« Ce n'est pas parce que la petite a deux mamans qu'elle va manquer d'amour, manquer de soins et qu'elle ne sera pas heureuse, a-t-elle expliqué. Elle va avoir tout ce dont elle a besoin. »

Le problème avec des gauchistes, c'est qu'il croit et agit comme si la réalité se construisait tout simplement de sa volonté.

Si on dit que c'est vrai, c'est vrai. On peut faire à croire n'importe quoi à l'être sans prendre en considération les réalités externes de sa volonté et de ses sentiments.

Donc, si on communique assez d'affection à un autre-- hormis toute autre considération physique ou psychologique par rapport à la nature humaine-- ça suffit pour communiquer l'amour.

C'est comme ça que les gauchistes sont capables de faire passer l'idée que le genre n'a pas d'importance, ou est entièrement construite. La réalité, c'est toute dans ta tête! (Sauf en ce qui concerne les sentiments homosexuels, mais ça c'est pour un autre billet).

Alors, on croit que si un enfant est aimé-- s'il est entouré de gens qui leur communique de l'affection, il n'a rien besoin de plus. Il n'a pas besoin de modèle de sexe opposé-- le genre c'est une construction sociale de toute façon. Les liens biologiques, ça n'a pas d'importance. L'absence de lien concrets avec les parents biologiques n'ont aucun effet sur l'enfant. C'est toute dans ta tête!

Oui, les couples hétérosexuels adoptent, et des familles monoparentales existent. Cependant, dans le premier cas, l'adoption résoud le problème de l'enfant qui est déjà né. L'adoption, ça existe pour l'enfant et non pas pour le couple. C'est pas comme aller au pet shop pour se chercher un chien.

Et les familles monoparentales, c'est une situation désavantagéuse, mais les têtes de familles monoparentales qui ont le moindre intelligence vous dirons que ce n'est pas une situation à reproduire. Ça prend deux parents pour élever des enfants (sans parler du soutient aux parents, comme des grandparents et des gardiennes).

Est qu'une fille qui grandit sans père sera endommagée irrémédiablement?

On ne sait pas. Il y a plein de gens qui grandissent dans des situations difficiles et qui passent à travers.

Toutefois est-ce souhaitable qu'on encourage la parentalité homosexuelle compte tenu des séquelles potentielles? C'est une chose de tolérer les parents homosexuels, c'est une autre de priver un enfant d'un père ou une mère.

Une dernière chose: les histoires de donneurs m'agacent non seulement à cause des question morales et psychologiques, mais aussi parce qu'on a tendance à cadrer les reportages en excluant tous les joueurs, surtout lorsqu'il s'agit de mère porteuses. On écarte les donneurs et les mères porteuses, comme s'ils étaient marginaux dans cette histoire. Ça me dérange surtout lorsqu'il s'agit d'histoire de mères porteuses, comme c'était le cas avec Elton John et son partenaire. Eux, ils ont eu la gloire d'être parent. La femme qui a porté leur enfant, j'imagine qu'elle a eu sa récompense et c'était la fin. C'était elle qui a porté l'enfant pour neuf mois, mais on n'en parle pas. N'a-t-il rien du plus anti-féministe de traiter une femme comme un simple incubateur (parce que c'est qu'elle est)? Et l'homme donneur n'est qu'un dispensateur de sperme.

On dit qu'on veut un monde plus humain. Est-ce que c'est humain de faire un enfant de façon si mécanique et si artificiel?

Ah mais les gauchistes vont dire qu'il n'y a rien des déshumanisant, parce qu'ils pensent en le concevant comme un processus non-déshumanisant, que ce l'est-- le volonté personnelle transforme la réalité encore une fois!



Aucun commentaire: