11 janvier 2012

Les féministes: incapables de débattre

J'ai ri quand j'ai lu ce billet de Hara Kiri.

Parce que je suis plutôt d'accord avec l'idée principale.

Mais je trouve que ces "astuces" n'abordent pas la véritable raison pourquoi la plupart des féministes sont incapables d'argumenter.

J'ai eu ma part de débats sur l'avortement. Et ce que je remarque au sujet des féministes c'est qu'elles sont très investies dans leurs croyances. Au point tel qu'une divergence d'opinion constitue pour elles un manque de respect envers la femme et donc envers elles personnellement. C'est normal de croire ça lorsqu'on défend la dignité de la femme. Elles ont une idée de ce que constitue le respect envers la femme, et si on ne le démontre pas, alors elles se sentent offensées.

Donc, ayant des idées très fortes sur le respect de la femme-- des idées qui sont souvent injustifiées et mêmes irrationnelles, elles façonnent leur discours pour que les arguments et les conclusions conforment à leurs croyances, que ça soit logique ou non.

Je vrais prendre l'exemple de l'avortement. Malgré l'évidence flagrante de ce fait, bien des féministes n'admettront pas que le foetus est un être humain. Elles vont dire que c'est un être en devenir, une personne potentielle, un amas de ceullules, n'importe quoi d'autre qu'un être humain.

De plus, mêmes si elles admettent que le foetus est un être humain-- une admission qui est plus commune parmi des féministes anglophones que francophones-- elles vont toujours dire que l'avortement doit être légal pour sauver les vies des femmes.

Bon, on va passer par dessus l'argument que l'avortement légal tue plus d'humains que l'avortement illégal...il faut se dire que les femmes sont complètement capables de préserver leur vie face à une grossesse non-désirée: ne pas subir d'avortement illégal.

Mon constat soulève toujours une forte émotion: Commment? S'attendre à ce que les femmes ne s'avortent pas? Pour sauver leur vie? C'est complètement débile!

Oui. C'est complètement débile de responsabiliser la femme!

Mais je sais que ces femmes se mettent à la place de celles qui se sentent désespérées: Heille, moé à sa place, je ferais n'importe quoi pour me débarasser de la grossesse. Je le risquerais. Il n'y a rien qui me ferait un enfant dont je ne voudrais pas!

On sent l'émotion dans cette mode de penser. Je répète c'est de l'émotion et non du raisonnement. Les sentiments de la femme justifient sa poursuite d'une opération dont les conséquences néfastes sont amplement prévoyables.

Mais les féministes ne s'attendent pas à ce que ces "victimes" assument leurs gestes.

Une femme qui décide de passer à l'acte de s'avorter soi-même avec une aiguille à tricotter et ou une autres moyens barbare mérite de la compréhension pour la gravité de sa situation. Une grossesse peut être difficile même lorsqu'on est en couple et que le bébé est désiré. S'il elle décède de cette opération, c'est extrêmement tragique. On ne peut pas être indifférent face à son sort.

Mais, si on prend du recul de la situation, et si on neutralise ses émotions pour appliquer la logique stricte, la vérité c'est que la femme qui meurent par un avortement illégal, elle est ultimement, en tant qu'individu, la principale responsable pour sa mort. Les féministes diraient que j'essaie de "blâmer la victime", comme si la fille n'aurait pas pus choisir de laisser tomber l'aiguille à tricotter. De nos jours, on sait que les avortements à aiguille à tricotter sont très dangereux, comme bien des avortements illégaux. Alors ce n'est pas comme si les risques n'étaient pas publicisés et connus par la majorité de la population. Alors, la femme moyenne saurait que ce moyen de procéder est potentiellement létal. Alors, en sachant que c'est le cas, en sachant que ça pourrait être son sort, elle est responsable de son geste et de ses conséquences, qu'elles soient bonnes ou mauvaises.

C'est la logique stricte. C'est la vérité dénouée de toute émotion. Si les femmes meurent d'un avortement légal, c'est ultimement elles qui en sont responsables et non pas la société. Si les femmes veulent se préserver la vie, elles ont intérêt à rejeter l'avortement illégal.

J'ai déjà fait cet argument au sein de féministes, et elles ont réagit comme si j'étais un monstre. On me dépeint comme quelqu'un qui ne se soucie guère de leur sort, comme si mes émotions et mes intentions changeraient en quoi que ce soit l'argument que je viens de présenter. Ce raisonnement leur semble froid et stoïque devant la mort de ces prétendues milliers de femmes qui ont péri d'un avortement administré par leurs propres mains. Comme si la logique sèche excluait la possibilité de ressentir de la compassion envers elles, tout en reconnaissant la réalité morale de la situation.

Les féministes agissent comme si le fait que ces femmes meurent de leur choix nous obligent de respecter ce choix au nom de sauver leurs vies. C'est une forme de chantage émotionnel. On ne légalise pas un geste par peur que le criminel potentiel se tue en le faisant. Ça ne s'est jamais fait. Imagine si on légaliait le traffic de la drogue pour protéger les trafficants (comme si ces criminels ne trouvaient pas d'autres moyens de pratiquer le crime!) Ou la violence domestique parce que les batteurs de femmes se tuent souvent après avoir tué leur conjoint. C'est du chantage de menacer "qu'on va mourir si tu ne le me permettes pas". Si un geste a raison d'être un crime, il n'est pas question qu'on le légalise par désir de ne pas voir le fauteur mourir. Une personne qui ne veut pas mourir par le biais du traffic de la drogue, de la prostitution, de la violence domestique et ainsi de suite n'a juste à pas commettre ces crimes, point!

Les femmes sont en plein pouvoir de préserver leurs propres vies, mais les féministes affirment que l'avortement "sauve des vies" comme s'il n'y avait aucun autre moyen pour permettre les femmes de vivre!


Les féministes réagissent mal à cette logique stricte et irréfutable. Elles sont tellement au prise de leurs émotions qu'elles sont incapables de comprendre l'argument devant elles, encore moins de la réfuter d'une position de logique. Comprenez bien que beaucoup de ces féministes sont dans un état post-avortif. Certaines refoulent leur culpabilité et leurs émotions négatives face à un avortement antérieur. D'autres ont été victimes de violences sexuelles, et elles voient dans l'opposition à l'avortement une genre de perpétuation de la violence qu'elles ont subies. Bref, souvent les histoires personnelles des féministes leur font réagir émotionnellement face à l'argument. Mais il reste qu'elles répondent non pas avec de la logique mais des émotions.

Il y a des gens qui argumentent pour la légalité de l'avortement sans l'émotion des féministes. Leurs arguments ne sont pas plus convaincants, mais ils sont moins portés à l'hystérie et l'inflation verbale. Les féministes ne peuvent pas être autrement qu'investies dans leurs arguments. C'est la nature de leur idéologie. Le seul moyen de la combattre c'est de présenter les faits et la logique. Les gens ont tendance à être plus convaincus par l'émotion sur le coup, mais quand qu'ils prennent du recul, la logique et les faits persuadent mieux parce que la réalité opère d'après ces deux choses et non pas selon nos sentiments, honorables et bien intentionnés qu'ils soient (ou non!).





Aucun commentaire: