2 décembre 2011

Témoignage d'une ancienne lesbienne

Brigitte [Bédard] explique ainsi sa perspective de son expérience de lesbienne : « Il y a probablement des gens qui sont heureux dans leur homosexualité… J’en connais. Mais je crois que la plupart des gens ne sont pas réellement des homosexuels. Ils souffrent simplement de blessures d’enfance, et tant qu’ils ne vont pas revoir ces blessures pour les guérir, ils vont rester là-dedans, et ils seront malheureux. Alors, il faut faire la vérité sur soi. Et moi, en thérapie, on me refusait l’alternative d’aller dans mon passé pour en guérir. Je pense qu’on devrait permettre aux gens la possibilité d’aller en thérapie pour aller voir d’où ça vient… Pendant 8 ans de thérapie, j’ai souffert le martyre parce que je pensais que j’étais obligée d’accepter mon homosexualité. Pendant 8 ans, j’ai travaillé à l’acceptation, tandis que dans la réalité, je n’étais pas homosexuelle. J’étais juste blessée dans ma relation avec les femmes et les hommes dans ma tendre enfance, avec mes parents… Mais il faut le savoir, ça! Alors, si on ne te donne même pas la chance d’aller voir ça, tu es malheureux toute ta vie, parce que tu n’es pas toi-même. Je suis persuadée que la grande majorité des homosexuels ne le sont pas actuellement. Ils fonctionnent à partir d’une blessure : ils sont incapables d’entrer en relation avec l’autre sexe.»

À classer sous "Choses à ne pas répéter".

Je ne dis pas que c'est facile de changer ou que c'est nécessairement souhaitable que tous essaient de développer des sentiments hétérosexuels.

Mais c'est possible. Mais il ne faut surtout pas le répéter, parce que ça remet en question la notion que l'homosexualité est inchangeable et donc doit être acceptée.

C'était un peu totalitaire de supprimer les vécus des gens parce que ça ne correspondent pas à l'idéologie prédominante.







Aucun commentaire: