16 décembre 2011

Ça prend un syndicaliste pour s'opposer au travail des enfants

Lorsqu'on lance la phrase "le travail des enfants" on pense à des enfants entassés dans des usines qui labourent dans des conditions d'enfer.

Personne ne veut voir le retour de cette époque.

Mais est-ce que touts les emplois pour les enfants sont nuisibles pour eux?


Réjean Parent s'obfusque face aux propos de Newt Gingrich qui préconise l'abolition des lois contre le travail des enfants.

Gingrich pousse l’odieux à l’égard des gens démunis jusqu’à affirmer, sans aucune gêne, que les enfants nés dans un milieu pauvre ne sont pas habitués au travail, à moins qu’il ne s’agisse d’une activité criminelle.

Ce n'est même pas ça qu'il a dit. Il a des que certains jeunes qui n'ont personne autour d'eux qui travaillent n'apprennent pas des bonnes habitudes. En d'autres mots, des enfants de familles qui vivent sur le B.S..

Mais c'est pas une nouvelle pour ceux qui vivent dans la réalité.

Et puisqu’il n’y a personne autour d’eux qui se lève le matin pour aller travailler, alors mieux vaut envoyer ces enfants travailler, dès l’âge de 5 ans, pour leur inculquer de bonnes habitudes.

Il n'a jamais dit rien sur envoyer des enfants de 5 ans travailler.

C'est quoi le problème d'encourager les enfants à travailler?

Moi-même, je veux apprendre à ma fille autiste à travailler. On sait que les personnes sérieusement affectées par l'autisme ont des gros désavantages sur le marché du travail. Consciente de ça, je veux que mon enfant ait des expériences d'emploi, pour qu'elle puisse compétionner avec les jeunes de son âge sur le marché du travail. Elle va bientôt avoir dix ans. Après les Fêtes, je veux l'inscrire pour distribuer des circulaires. Elle me demande ce que j'attends lui faire faire une fois qu'elle devient tannée de cet emploi. Je n'ai pas de réponse pour elle. Il n'y a pas beaucoup d'emplois pour les jeunes de cet âge. J'aimerais ça qu'elle puisse travailler derrière un comptoir ou comme assistante à la bibliothècaire comme préconise Gingrich. Ça ne prend pas beaucoup d'habilité pour scanner un prix et remettre de la monnaie. Mais Réjean Parent lui il pense que faire travailler un enfant à faire ça c'est de l'abus. Mais moi je trouve le contraire: ne pas préparer ma fille au marché du travail, ça serait irresponsable. 

Et dire que cet individu, qui aspire à être président de la première puissance mondiale, n’a pas d’autre idée pour mettre fin à la pauvreté que de congédier des travailleurs bien rémunérés pour les remplacer par des enfants exploités avec des salaires de misère.

Gingrich parle de leur faire faire des jobines. Aucun de ces jobs sont syndicalés.


C’est « épeurant » ! Des idées qui nous ramènent au 19e siècle, au temps de Charles Dickens et d’Émile Zola, qui dénonçaient l’exploitation des enfants durant la révolution industrielle.

Héille! Faire travailler un enfant à un comptoir ou dans un vestiaire pour accrocher les manteaux... c'est épeurant en maudit! Ah la souffrance des jeunes à travailleur une ou deux heures par jour pour 10 piasses de l'heure! Appelle la DPJ!


Mais Gingrich suit la logique de son esprit libertarien où les enfants pauvres doivent pouvoir compter moins sur le soutien de l’État que sur la charité de riches individus ou sociétés, ou sur leur propre travail.

Oui, les pauvres doivent apprendre à travailler et devenir autosuffisant au lieu d'être dépendant sur les autres. Ah, l'indignité de gagner sa vie!

En d’autres mots, voilà du darwinisme social à l’état pur, où seuls les plus forts ont le droit de survivre, comme de dominer et d’exploiter les plus faibles.

C'est tellement risible. Moi je veux que ma fille survit de ses propres forces. Si elle fait une job pour un autre de façon satisfaisante, ce n'est pas de l'exploitation, c'est bénéfique pour les deux parties.
Exactement le modèle de société que certains rêvent d’implanter dans un Québec qu’ils jugent actuellement trop « syndicaliste, communiste et socialiste ». À eux de se reconnaître…


C'est facile de se donner raison quand on se construit des hommes de paille.

Voyez comment il tombe dans des interprétations hystériques des propos de Gingrich. Il n'est pas capable de faire la part des choses, parce qu'il serait obliger à quelque part à donner raison à l'autre, et ça remettrait en question la vision socialiste de la société.

Aucun commentaire: