5 novembre 2011

Le parasitisme culturel chrétien (concernant l'affaire Castellucci)


Sur twitter, J'ai exprimé ma frustration face à la réaction des chrétiens français à la pièce de théâtre de Castellucci. Je n'ai pas suivi l'histoire de prêt, et je ne suis pas tout à fait consciente de tous les détails, mais ça ne me tente pas de lire des affaires scatalogiques. Ce n'est pas ça qui m'importe.

Une plainte a été déposée contre le dramaturge, et certains chrétiens ont exprimé leur désarroi face à  l'inéquité dont les chrétiens sont victimes lorsqu'il s'agit de préjugés contre eux. Des outrages envers les religions juive et les musulmane sont poursuivis par le système légal, mais les outrages contre le christianisme sont ignorés.

Je reconnais que l'État n'est pas équitable. Mais exclamer que "c'est pas juste" n'aide en rien les chrétiens. Même ça rend la chose pire. Ça renforce la faiblesse des chrétiens dans ce sens: L'indignation publique n'est pas assez pour gêner les blasphémateurs et les abaisser dans l'esprit des gens. Alors il faut invoquer l'État pour nous défendre-- on n'a pas le pouvoir ou l'influence de le faire nous-mêmes. Mais l'État ne veut pas nous défendre. Les chrétiens sont tellement comptés comme rien qu'ils ne méritent même pas la protection de l'État.

Les chrétiens qui se plaignent ont l'air des losers chiâleux qui vont se plaindre à Maman-État que les autres ne jousent pas correctement. Et ça donne l'impression qu'ils ne sont pas capables de mener leurs propres batailles, et ça donne les cathophobes encore plus de courage d'insulter la foi catholique. J'ai l'impression que les catholiques n'ont aucune conscience de soi dans cette affaire.

Alors que faire? Je ne suis pas contre les manifestations, bien que les attaques violentes de la part de certains cathos n'aident en rien la cause. Mais ça na donne rien dans le concret, et même ça va donner plus de pub à Castelluci.

Le problème des chrétiens en Occident (peut-être moins aux États-Unis) c'est qu'ils sont des parasites culturels.

Qu'est-ce que j'entends pas ça?

Les chrétiens se collent sur la culture générale. Et ils n'en créent pas eux-mêmes. En tout cas, ils en créent très peu.  Ils agissent comme s'ils faisaient partie de la culture, mais en fait, ils ne sont pas des membres à part entière. Ils s'attendent à ce que les autres ajustent leurs productions culturelles pour leur satisfaire, sans rien faire pour contribuer à la culture.

Bon, je ne veux pas dire que la contribution des chrétiens à la culture est inexistante, mais elle est définitivement marginale. Et parce que les chrétiens dépendent des médias pour leurs productions culturelles, sans y contribuer, ça fait d'eux des parasites. 

Alors, comme les chrétiens dépendent sur la population générale pour leur produits culturels-- leurs films, leurs émissions de télé, leurs livres, etc et ils ne contribuent pas à cette production, ils sont dans une situation des faiblesse dans le rapport de force entre eux et la culture générale. Ça serait peut-être moins pire s'ils étaient très nombreux comme aux États-Unis. Mais comme ils sont minoritaires, et qu'ils ne sont pas pris au sérieux par les milieux culturels, les élites pensent qu'ils doivent avaler la pillule. Just too bad.

Ce manque de pouvoir culturel rend acceptable la cathophobie. Si les chrétiens avaient leur réseaux culturels, leurs chaînes de télé, leurs films, etc, les attaques cathophobes seraient moins blessantes. On y porterait moins d'attention. Et au fur et à mesure que les chrétiens auraient plus d'influence, les gouvernements auraient moins le goût de les subventionner.

 Et comme ça, on n'aurait pas  à avoir recours à l'État se défendre. On pourrait le faire nous-mêmes.

Si on veut restaurer l'honneur à Dieu et décourager le blasphème, il faudrait peut-être penser à développer nos talents, nous ressources.

Et quand je parle de faire des productions chrétiennes, je ne parle pas nécessairement des productions religieuses. On peut compter une histoire séculière avec un angle chrétien sans que ça soit moralisant. La façon de traiter le sujet sera en conformité avec les croyances catholiques. Donc, un film n'aura pas de scènes pornographiques, de la violence gratuite, des sacres, des suggestions immorales, etc. Mais ça pourrait être une production très acceptable pour un non-croyant.

Et lorsqu'on aurait notre réseau culturel, on aurait nos chroniqueurs, nos animateurs de télé, nos commentateurs, nos auteurs pour condamner les christophobes. Bon, je connais pas beaucoup la scène française très bien, mais la culture conservatrice et chrétienne telle que je la vois est assez minoritaire, disons. C'est encore pire au Canada français.  Il faut multiplier les points de références culturels. Et éventuellement ces points de référence, s'ils sont bien fait, vont rejoindre une partie de la population qui n'est pas nécessairement chrétien mais qui partage certaines idées et valeurs chrétiennes.

C'est le pouvoir culturel qui va restaurer l'influence  des chrétiens et l'honneur de Dieu. Ce n'est pas des plaintes au tribunal qui va résoudre la question. Tant que les chrétiens s'attendent à ce que les autres conforment à leurs valeurs ou véhiculent leur point de vue, ils seront toujours une minorité bafouée. Il faut qu'ils prennent leur destin en main et ne pas attendre à ce qu'une société laïcisante "les comprennent."

Aucun commentaire: