6 novembre 2011

L'avortement n'est jamais grave aux catholiques gauchistes

Le résumé de la controverse entourant Développement et Paix qui a été publié dans la révue Présence est correcte dans l'ensemble. Il manque des bouts, mais ça donne une bonne idée.


Sauf que l'auteur a écrit:


En terminant, une anecdote: en 2006, Jacinta Francisco Marcial, une autochtone de l’État de Queretaro qui ne parle pas l’espagnol, gagnait son pain comme vendeuse de crème glacée. Mais sa vie allait brutalement changer lorsqu’elle fut arrêtée en même temps que deux autres femmes autochtones – Alberta González et Teresa Alcántara. Le crime allégué: avoir kidnappé six agents de la police fédérale mexicaine. Malgré le caractère farfelu des accusations, les trois femmes ont passé trois longues années en prison. Elles ont fini par être libérées grâce aux efforts des avocats du Centre ProDH, qui en ont fait une cause nationale exemplaire.

À cette période charnière de l’histoire de Développement et Paix, les catholiques doivent décider si c’est le genre de solidarité humaine qu’ils souhaitent encourager. Pour certains, c’est l’essence du message chrétien. Pour d’autres, aider les victimes d’emprisonnement arbitraire, de torture ou de violence sexuelle ne compte pour rien si cela s’accompagne de ce qu’ils considèrent comme des mauvaises fréquentations morales, même les plus distantes.

Franchement, c'est un propos carrément diffamatoire.

Avez-vous déjà remarqué que les catholiques gauchistes ne traitent pas la tuerie des foetus comme un sujet grave, comme une violation des droits humains?

Légaliser la tuerie des êtres humains? Pas grave. Leurs droits bafoués? So what?

Meme certains évêques ne prennent pas la chose au sérieux. Ils ne traitent pas le foetus comme un être humain à part entière.

On parle ici d'une madame qui a été illégalement arrêtée et torturée. Elle méritait d'être aidée.

Mais les catholiques gauchistes ne pensent pas que les enfants à naître méritent d'être aidés, d'être protégés par l'État.

J'aimerais ça qu'on mette la question devant eux: croyez-vous que l'enfant à naître doit être protégé par l'Éta? Personne en parle. Ça en dirait long sur leurs motifs.

Aucun commentaire: