16 novembre 2011

La question qui tue

J'aimerais ça qu'on pose la question à un évêque:

Maintenant, n'ayons pas peur de nous poser la VRAIE QUESTION: Pourquoi dans notre Église occidentale la très grande majorité des prêtres n'abordent JAMAIS dans leurs homélies dominicales les sujets controversés que le curé Gionet a osé aborder? La consigne du silence est plutôt de mise, car il ne faut pas indisposer nos catholiques à la mode qui se font DIRE par plusieurs prêtres que tout le monde va directement au ciel, qu'il n'y a ni enfer ni purgatoire, que Dieu est amour et qu'il ne juge personne, que Satan n'existe pas, que le Décalogue a été écrit par des hommes et que la Bible est surtout composée de poèmes, de mythes et de légendes. Alors, il est préférable de se tenir loin de l'enseignement du Pape et du Magistère. Le "bon" prêtre moderne doit obligatoirement se taire ou adopter un enseignement jovialiste et populaire qui plaira à son auditoire.

M. l'évêque, est-ce que "intégriste" de suivre tous les enseignements de l'Église? Est-ce mal? Est-ce mal pour un prêtre d'enseigner comme le Magistère enseigne?

Existe-il un évêque qui peut répondre à la question, sans la langue de bois auquelle on est habituée?

Existe-il un évêque dans l'Église au Canada français qui parle franc, qui dise les choses comme il le pense?

J'aimerais ça qu'un évêque nous parle des choses controversées, sans passer par quatre chemins.

Je ne dis pas qu'on ne doit jamais être diplomate.

Mais quand la totalité des évêques parlent comme des politiciens lorsqu'on parle de sujets chauds, il y a un problème.

J'ai l'impression que la majorité des évêques ne croient pas à la foi catholique dans sa totalité. Ils répètent la ligne du Magistère par devoir, et seulement en extremis, quand ils n'ont pas le choix.

Ça serait intéressant d'avoir la discussion là-dessus. Mais j'ai l'impression que ça n'arrivera pas. Les évêques savent que d'une certaine manière, ils vivent avec une duplicité, une scission entre leur croyance personnelle, et l'enseignement de l'Église.



Aucun commentaire: