4 novembre 2011

La manipulation orwellienne des mots par les partisans de l'avortement

Une manifestante pôvre-choix ne veut utiliser le terme "pro-vie" pour ceux qui prient devant la Clinique Morgentaler.

Pour moi, ces gens-là ne sont pas pour la vie puisqu’ils ne tiennent pas compte de la réalité de la mère.

Observation: les gauchistes redéfinissent souvent les mots pour avancer leur cause.

On sait que l'avortement tue un être humain. Ce n'est pas un secret, même les avorteurs vont vous le dire. Alors, ça enlève une vie.

Donc, dans ce sens, c'est clair ceux qui s'y oppose sont des "pro-vie".

Mais, ça serait mal paraître d'être "contre la vie". Ceux qui appuient l'avortement sont souvent incapables d'être francs. Ils n'admettront pas qu'avorter c'est tuer. Ils vont dire qu'avorter c'est exercer leur autonomie individuelle.

Cependant, même des bébés qui sont avortés après le seuil de viabilité (disons 24 semaines) subissent une procédure de foeticide (c'est le nom médical) pour assurer que l'enfant ne naisse pas vivant. Une grossesse aussi avancée pourrait être terminée sans la mort de l'enfant, et le poupon pourrait être adopté, mais ce n'est pas le but de la procédure. Le but c'est de se débarrasser de l'enfant parce qu'il est un fardeau. Alors il n'est pas uniquement question d'exercer son autonomie individuelle. Il est question de détruire l'enfant.

Les pôvre-choix vont dire que la qualité de vie importe plus que la vie elle-même. La vie ne vaut pas d'être vécu à moins de pouvoir être heureux.

Mettons que je suis d'accord avec cette proposition. En quoi ça donne le droit d'abandonner sa responsabilité parentale et de tuer son enfant? On ne donne pas ce droit aux parents d'enfants nés (en tout cas, pas de façon générale).

Si on veut protégér la qualité de vie, il faut protéger la vie elle-meme. Me semble c'est évident. Mais soyez assurés que les gauchistes vont essayer de redéfinir les mots pour leur avantager pour faire mieux passer leurs sophismes.

Une autre chose: avez-vous déjà remarqué que les pôvre-choix ne se disent jamais "pro-avortement".

Ils vont vous dire qu'ils sont pour le choix.

Bien sûr. Mais qui est contre "le choix" lorsqu'il s'agit d'un geste qui ne viole pas les droits?

Personne n'est contre le choix.

Ce qui est sous examen, c'est l'avortement.

C'est comme si les gauchistes étaient gênés d'admettre qu'ils favorisaient l'avortement.

Moi je suis complètement en faveur des césariennes. J'en ai eu quatre. Est-ce que les présument que j'insiste que toutes les femmes enceintes subissent une césariennes? Non. Est-ce que les gens présument que je favorise les césariennes plus que les accouchement naturels? Non.

Alors les gens sont capables de faire la part des choses. Mais, les gauchistes sont gênés de l'avortement. Ils ont beau dire qu'ils ne le sont pas, leur langage et leur attitude disent le contraire.



Aucun commentaire: