20 octobre 2011

Victime de viol, elle regrette son avortement

Voici une anecdote d'une femme post-abortive du Madagascar:

Germaine, 43 ans, est une mère de famille. Elle aussi s'est déjà faite avorter choisi de recourir à l'avortement. Elle a été violée par son mari. Oui violé parce qu'elle n'a pas été consentante dans la relation.

« Je me suis sentie trahie et salie par mon propre mari. Et au fil du temps, j'ai fini par tomber enceinte. Et mon mari ne voulais pas de l 'enfant sous prétexte qu'il y avait déjà assez de bouche à nourrir à la maison. On a déjà 2 enfants. Il m'a ordonné que j'aille m'en débarrasser.

Sur le coup ça ne m'a pas dérangé, j'étais même soulagé parce que je ne voulais pas gardé un enfant issu d'un viol. J'ai donc approché un médecin près de chez nous aux 67 ha, il m'a demandé 70 000 ariary.

Jusqu'à maintenant, je suis une thérapie. Le fait d'avoir fait avorter mon bébé, même si au début je ne voulais pas le garder, ne m'a pas laissé indifférente. Je me suis rendu compte que cet enfant n'était pas fautif dans l'histoire, qu'il ne méritait pas ce que j'ai fait. Jusqu'à aujourd'hui, je ne cesse de me dire que si je 'lui avait laissé une chance, il serait là à côté de moi en ce moment. Et puis seul dieu a le droit d'ôter sa vie à quelqu'un. Jusqu'à ce jour je me culpabilise d'avoir tué mon propre enfant. Ça a détruit ma vie. Je n'étais plus la même en sortant du cabinet du médecin. J'ai perdu gout à la vie, j'ai quitté mon mari et je suis partie retournée chez mes parents avec mes deux enfants.

Même s'il je ne l'ai porté en mois que quelques jours, j'ai compris une fois que l'opération finie que je me suis débarrasser d'une partie de moi. Même si au début je ne voulais pas le garder, je l'aimais cet enfant, il y avait quelque chose qui me liait à lui. »

Aucun commentaire: