14 octobre 2011

Les supporteurs de Développement et Paix démontrent qu'ils n'ont rien compris

Encore une fois.

Tant et aussi longtemps que les supporteurs de Développement et Paix ne prennent pas la peine de comprendre les objections contre leur organisation, le scandal va continuer.

De toute façon, c'est un secret de polichinelle que la totalité des membres, surtout au Québec, n'appuie pas le droit de l'enfant à naître d'être protegé de l'avortement.

Ils ne comprennent pas que la protection de l'enfant à naître par la loi fait partie de la doctrine catholique.

Encore une fois, laisse-moi reitérer les objections contre Développement et Paix.

Le problème avec Développement et Paix n'est pas qu'elle subventionne l'avortement ou des projets qui promouvoient l'avortement.

Le problème, c'est que Développement et Paix donne de l'argent à des groupes qui militent pour l'avortement, la contraception et d'autres comportements contraires à l'enseignement de l'Église.

Quand Développement et Paix transmet des fonds à un organisme pro-avortement, ça permet l'organisme d'utiliser ces fonds pour financer leur coûts d'opération, ce qui contribue indirectement à l'avancement de l'avortement.


Ces allégations ont été documentées à plusieurs reprises. L'enquête des évêques a été bidon. On ne prend pas les réponses des organismes pro-avortement sur parole. Ce n'est pas comme ça qu'on mène une enquête. De toute façon, l'enquête s'est concerné uniquement avec des partenaires méxicains. Les autres organismes n'ont pas été examinés.

J'ai l'impression que les supporteurs de Développement et Paix se sentent tellement justifiés et irreprochables dans leur croyances et leur conduite qu'ils ne voient pas la pertinence de lire et comprendre les allégations contre leur organisme. Ils ne veulent strictement rien savoir de l'orthodoxie et du courant "conservateur" de l'Église. Ils se sentent libres d'opérer en Église sans la supervision de l'évêque ou la direction du Magistère, pourquoi est-ce qu'ils prendraient la parole de quelques laïcs au sérieux?

Mais la réalité c'est que tant qu'ils ne comprennent pas les allégations, tant qu'ils n'acceptent pas l'égalité de l'enfant à naître et la nécessité de le protéger par la loi, la controverse va continuer. J'ai l'impression qu'ils ne prendront pas mon avis. J'ai l'impression aussi qu'ils vont continuer d'essayer de contourner la question des droits humains des enfants à naître. C'est drôle comment leur option préferentielle des pauvres, tellement chérie, ne s'applique aux enfants à naître, bien qu'ils soient les plus pauvres de tous.






Aucun commentaire: