8 octobre 2011

L'Église ne devrait pas avoir peur de dénoncer le péché

Un très bon éditorial dans CapAcadie. qui défend les propos du Père Gionet.

Enfin, on met la lumière sur le problème des gais dans le clergé et l'Église en général:

Le politiquement correct, le «mondain» comme le surnomme le pape, a pénétré le coeur d’un nombre important de prêtres, et, osons l’admettre, de certains évêques, au point ou ceux-ci ont cessé d’être signe de contradiction. Une autre raison de ce silence, il faut aussi le reconnaître, c’est la présence de gais ou de sympathisants aux gais au sein du clergé, y compris parmi les évêques. Certains séminaires au cours des 40 dernières années sont connus pour avoir toléré des gestes ouverts d’affections physiques entre séminaristes (réf.: Goodbye Good Men). Plus près de nous, un évêque de Moncton a dû démissionner en raison d’impropriétés homosexuelles.

Le père Gionet est bien au courant de cette réalité et il a raison d’affirmer, en pointant du doigt le prêtre qu’il est, que ce sont «nous» qui détruisons l’Église. Et c’est exactement ce que nombre de prêtres cherchent à faire, consciemment où inconsciemment: détruire l’Église «institution» pour la remplacer par une autre Église plus adaptée au «monde», ou il n’est jamais question de péché, seulement d’un Dieu gros «nounours» qui ne demande jamais de compte à personne. Qu’est-il donc advenu du «Convertissez-vous et croyez dans la Bonne Nouvelle?»


Convertissez-vous? Se convertir à l'enseignement de l'Église...comme si c'était l'enseignement de Dieu? Voyons! L'enseignement de l'Église n'a rien à voir avec la Parole de Dieu. La Parole de Dieu appartient au peuple...

Diraient les dissidents.

Comme les protestants d'antan.

On n'a rejetter le Magistère en 1517, on ne le fera pas plus en 2011.

Aucun commentaire: