19 septembre 2011

Pastorale-Québec parle du scandale entourant Développement et Paix

D'après moi, l'article manque la cible.

Par exemple, le représentant de D + P de l'Archediocèse de Québec, Charles-Eugène Bergeron dit:

Mais il en garde l’impression que pour ces groupes qui défendent vigoureusement les valeurs traditionnelles et combattent activement avortement et contraception,
« d’autres dimensions essentielles de la vie, comme la vie des communautés et leur intégrité culturelle, la dignité des personnes et la qualité de l’existence au quotidien, semblent vraiment moins importantes ».

J'ai comme l'impression que le bonhomme n'a pas compris l'enseignement de l'Église.

Et comme il ne comprend pas l'enseignement de l'Église, il ne comprend pas les objections pro-vie.

Il y a une hiérarchie de valeurs.

La première valeur mondaine qu'on doit défendre, c'est le droit à la vie, c'est-à-dire l'existence physique.

Sans ce droit, on ne peut pas défendre la dignité des gens, ou la qualité de l'existence au quotidien.

On est tout étonné qu'on défend la vie avant tout autre chose.

Les foetus qui sont tués au nom de cette qualité d'existnece? Face à eux, on dirait que D+; P répond: Pis so what?

On voit encore et encore une complète négligence du droit à la vie de l'enfant à naître.

Il pense qu'en "dialoguant" et en regardant ce que D + P fait sur le terrain, on va changer d'idée.

Mais c'est eux qui ne comprennent pas et continuent de ne pas vouloir comprendre.

Tant que D + P relativise la valeur de la vie, en traitant la cause du foetus comme quelque chose de négligeable, ses partisans vont rien comprendre.

Je pourrais multiplier les exemples de mauvaise compréhension, mais je laisse aux autres le soins des souligner. Je suis trop occupée à porter mon foetus.

Aucun commentaire: