25 juillet 2011

La victoire pour la cause pro-vie nécessite des martyres

Ce matin j'ai reçu un courriel de Campagne Québec-Vie concernant la vigile 40 jours pour la Vie. D'après l'email, il semble que certains volontaires ressentent de la fatigue devant le manque de résultats visibles et l'harcèlement des contre-manifestants. Voici la réaction du président Georges Buscemi:

Laissez-moi vous révéler le fond de ma pensée : La culture de vie au Québec n’a pas beaucoup progressé ces dernières années par manque de martyrs. Le mot martyr signifie « témoin ». Il nous faut des témoins qui sont habités par l’espérance à un tel point qu’ils sont prêts à obéir à la volonté de Dieu jusqu’à la persécution, jusqu’à la calomnie, jusqu’aux doigts d’honneur des passants, jusqu’aux engueulades avec les contre-manifestants, jusqu’aux chicanes entres amis, jusqu’au rejet de sa famille et de ses proches. Sommes-nous prêts à faire notre devoir, coûte que coûte ? Sommes-nous prêts à être obéissants jusqu’au bout ?

Car c’est uniquement au fin fond de la Vallée de la Mort, à l’endroit où les ténèbres extrêmes emplissent nos cœurs, que la lueur du Salut se pointe. Comme le dit si éloquemment le bienheureux Cardinal Newman : « Lorsqu’Il était le plus près de son éternel triomphe, Jésus semblait en être le plus éloigné ».

Si tu n'es pas prêt à souffrir pour la victoire, on ne gagnera jamais. Pense aux grands mouvements du passé. Un bon nombre d'entre eux avaient leurs martyres.

Le secret de la victoire réside dans la volonté de réussir. Celui qui le veut le plus, c'est celui qui va gagner. Il faut que notre volonté collective soit supérieur à celle de l'opposition. Il faut désirer la victoire plus que d'autre dans notre vie, coûte que coûte.

Je sais que ça prend plus que la volonté pour gagner, mais sans la volonté, on n'a rien. Quand deux équipes d'hockey jouent, l'équipe supérieur peut perdre par manque de coeur.

Dailleurs, on ne connaît pas toujours les résultats de nos gestes. Aie pas peur, Dieu récompense nos gestes, même si on ne voit pas toujours leur portée. On ne sait pas qui on a encouragé, qui on a poussé à voir les choses d'une autre façon. Il faut faire confiance à Dieu qu'il va créer une réussite de nos gestes.

Il ne faut pas lâcher. Quand on court un marathon, il faut pousser à travers la douleur et la fatigue. C'est la même chose dans la vie. Si on lâche, on ne gagne pas.

Pis en fin de compte, on n'a pas le droit d'abandonner. L'échec n'est pas une option. Il faut continuer les efforts. S'il y a amélioration à faire, on peut le faire. Mais on ne peut pas arrêter notre témoignage. La vérité oblige.

3 commentaires:

mrgrrd a dit...

C'est bien beau être martyre, mais quand tu risques de perdre ton boulot et que tu as plusieurs jeunes enfants à nourrir, quand tu reçois des menaces de mort et qu'on te dit qu'on va kidnapper tes enfants à la sortie de l'école... Cette guerre est atroce... Certaines personnes se doivent de se retirer pour le bien-être de leur famille. On peut faire beaucoup, et même énormément, dans la pénombre et en dehors de la ligne de front. La prière est capitale.

Suzanne a dit...

Mais c'est ça le martyre...perdre ton boulot, perdre tes enfants, subir des menaces...tu penses que la vérité triomphe avec moins que ça? Ça vaut quoi la vérité?

Je comprends votre inquiétude. Moi aussi je suis mère de famille. Mais, il faut mettre l'idée dans tête des pro-vie qu'on ne gagnera pas sans nos martyres.

Mon rêve, ça serait de lancer un apostolat de gens célibataires qui seraient prêts à tout risquer pour la cause pro-vie. Ils travailleraient pour la cause sept jours semaines.

Finton a dit...

Oui, il faut aller jusqu'au bout! Une jeune fille avait coller du ruban sur sa bouche avec le mot LIFE. Elle a refusé de l'enlever devant son enseignante sinon elle recevait un zéro sur son test! Elle a accepter le zéro. Ensuite elle est allé aux toilette de l'école et une jeune fille en larme est entrée et a dit; Quand je t'ai vu accepter ce zéro pour manifester contre l'avortement, j'ai décidé de ne pas aller me faire avorter demain!