7 juin 2011

Le Père Raymond de Souza critique Développement et Paix

Dans le B.C. Catholic:

At a recent francophone regional meeting of CCODP, delegates expressed their dismay that the Pro Centre's funding had been cut, and more generally, that the bishops of Canada were seeking more careful oversight of CCODP projects. The delegates made it clear that they want Canadian bishops to give them access to parish collections, and then shut up.

There is a certain consistent logic at play here; CCODP is no more interested in the views of the bishops in Canada, where they raise money, than they are of the bishops in the countries where they spend it.

That approach may earn them the support of social activists here and abroad, but it should not earn the support of Catholics.

Plusieurs partisans de Développement et Paix sont outrés par la prétendue ingérence des évêques dans les affaires de laïques.

Mais ces laïques ont une vision mythique de la place des laïques dans l'Église.

Premièrement, en tant que création des évêques, c'est normal que Développement et Paix soit surveillé par eux. Me semble c'est évident.

Deuxièmement, même si D &  P était une organisation purement laïque, ceci ne leur permettrait pas de se soustraire de l'autorité de l'évêque.

L'autorité. Voilà le concept auquel les partisans de D & P sont allergiques.

L'évêque n'est pas perçu comme une autorité, surtout pas une autorité sur les affaires spirituelles. Dans le plus, il est un gérant du diocèse, mais non pas son berger.

Le berger est censé rappelé ses ouailles à l'ordre et de prendre les moyens plus sûrs si sa parole n'est pas suffisante.

Les partisans de Développement et Paix n'acceptent pas cette structure, cette autorité divinement établie. Ils pensent qu'être libres et autonomes signifie être sans supérieurs. C'est clair que leur concept "horizontal" de l'Église ne correspond pas à la vision biblique de l'Église primitive.

Vision biblique? Pouah! C'est tout subjectif dans la pensée gauchiste.

Mais voilà le fruit de notre hésitation de dire les choses comme elles sont dans l'Église. On n'a pas enseigné la véritable doctrine catholique. N'est-ce pas normal qu'il existe des gens tellement ignorants et rebels? On a tassé tout l'enseignement traditionnel pour se concentrer sur Jésus est ton ami, et d'autres idées aussi floues et superficielles, sujettes à toutes sortes d'interprétations personnelles sans l'encadrement de la philosophie catholique.

On ne peut pas transmettre la foi sans l'édifice intellectuelle de la foi. J'espère qu'un jour le clergé va finir par le réaliser. C'est ultimement pour ça que l'Église est divisée sur cette question. La question sur le droit à la vie devrait être claire et sans ambiguïté, mais on a laissé tout ça trainé pour des décennies. On récolte ce qu'on sème.

Aucun commentaire: