8 février 2011

On ne peut pas être complètement pro-choix dans tout

Richard Martineau soulève une question importante:

Selon certains tenants de cette idéologie, la valeur suprême d’une société est la liberté de choix. Tout ce qui va à l’encontre de la liberté de choix devrait être aboli.

Il a bien raison.

Mais comment déterminer qu'est-ce qui devrait être l'object d'une intervention gouvernementale?

Je ne veux pas faire une thèse sur le droit naturel et le gouvernement limité.

Mais ce que je veux communiquer, c'est qu'on ne peut pas créer un gouvernement limité et créer une véritable liberté sans des bornes philosophiques.

Aujourd'hui, le relativisme règne. On sait que c'est un échec. Si on prend cinq minutes pour y penser, on sait qu'on ne peut pas opérer comme si toute vérité était relative, toute réalité était construite.

Mais le problème c'est que les gens manquent des pistes pour trouver la solution pour refuter le relativisme.

Je voudrais suggérer à mes amis de la droite que tant que les gens n'ont pas ces bornes pour déterminer le vrai et le faux, et par la suite le bien et le mal, la cause conservatrice aura un méchant désavantage.

Quel est l'avantage de la cause conservatrice: on se base sur la réalité des choses. La gauche aspire à un monde meilleur selon leur volonté, qui mène à essayer à tout refaire, et à tout réinventer, incluant l'homme. Mais la droite ne VEUT pas tout réinventer. Impossible de tout réinventer. L'être humain est ce qu'il est; on est aussi bien de l'accepter. Alors, il faut accepter la réalité de son penchant pour le mal et l'égoïsme (donc avoir un vision anthropologique réaliste) pour ensuite déterminer quelles idées politiques et sociales vont marcher.

Mais pour déterminer ce qui va marcher ou non, ça prend des idées philosophiques. Des bornes. Des vérités. Des réalités. Ce sont ces idées qui vont aider à savoir s'il est justifié d'imposer la Loi 101 ou non.

Tant que les gens vont opérer avec une logique plus ou moins relativiste (tout en sachant que ça ne fonctionne pas) ils auront tendance à voter selon ce qu'ils veulent voir, et non pas selon ce qui est vrai. Donc, ils vont appuyer la loi 101 parce qu'ils ont la volonté de préserver la langue, mais ils ne tiendront pas compte des réalités de l'homme, comme son besoin de liberté.

Le gros bon sens, bien que ça permet une personne de commencer son cheminement vers une pensée droitiste ne suffit pas, parce que l'homme étant ce qu'il est influencé par les idées de sa culture, pis si sa culture dit que la loi 101 est bonne, ils auraient tendance à l'appuyer aussi. Il faut qu'il sache comment raisonner, et tant qu'on ne sait pas la différence entre le vrai et le faux, le bien et le mal, on ne sait pas comment raisonner.

Aucun commentaire: