14 février 2011

Le Curé Gravel favorable à la censure de la prière au Conseil de Ville

C'est ce qu'on appelle en anglais un self-hating Catholic.

Au moins l'évêque est derrière le maire Tremblay, mais pour la mauvaise raison:

«Je pense que la Charte des droits et libertés doit être revue, a-t-il plaidé. Dans ce cas-ci, les droits d'une minorité passent devant ceux d'une majorité.»

Ce n'est pas une question de minorité/majorité etc.

Un droit est un droit. Si Jean Tremblay était Bouddhiste, il aurait le droit de réciter un chant avant la réunion (sans qu'il l'impose à quiconque).

La religion ne peut pas être une affaire complètement privé, et ce n'est pas aux non-croyants de dicter aux croyants comment pratiquer sa foi.

Aucun commentaire: