15 février 2011

L'Abbé Raymond Gravel poursuit LifeSiteNews et Campagne Québec-Vie pour $500 000

Franchement je trouve l'histoire déguelasse. (Voir aussi.)

Le Curé Gravel est en maudit contre LifeSiteNews à cause de leurs reportages qui exposent ses déficiences doctrinales.

Le problème c'est que le Curé Gravel, avec son appui pour le mariage gai et l'avortement légal, se croit fidèle au Magistère.

C'est le top du top!

D'une manière, c'est normal qu'il croit ça-- personne dans l'episcopat ne le corrige. Sèmer de la division, c'est pas très gentil, tsé?

Mais peut-être le bien qui peut venir de cette poursuite c'est qu'elle permettrait d'enfin lever le voile sur l'Église et les évêques pour voir vraiment ce qui se passe derrière les portes des bureaux du diocèses.

Ah oui, son évêque n'avait pas de commentaire. Évidemment.

3 commentaires:

michel245 a dit...

Je ne comprends pas l'agir du père Raymond Gravel, car le rôle du prêtre n'est pas de (poursuivre) les fautifs mais sa mission est de (suivre) l'exemple du Christ qui aime, qui pardonne et qui accueille. Personnellement je suis un laïc et j'ai travaillé en paroisse, et si j'avais voulu j'aurais poursuivi un prêtre et un laïc faisant partie d'un groupe qui avait monté un complot pour que je quitte le presbytère où je demeurais et travaillais. Le prêtre avait pris la peine d'écrire de A à Z l'histoire du complot sur presque 10 pages, pour s'en vanter à ses amis ; mais l'un de ses amis a trouvé cela tellement grave qu'il a remis entre les mains du curé l'histoire du complot écrit par ce vicaire. Alors un jour le vicaire se mit avec un laïc pour réfléchir sur le projet de m'exclure du presbytère. Le moyen suggéré par le laïc fut d'introduire trois sachets d'Ex-lax dans ma nourriture, mais le vicaire lui suggéra de les mettre dans mon jus de fruit, car il trouvait trop compliqué de mettre les trois sachets d'Ex-lax directement dans ma nourriture, c'est moi en effet qui préparais mes repas quand je mangeais au presbytère.

J'avais tout ce qu'il fallait entre les mains pour poursuivre ces deux personnes que le curé a mis à la porte car le geste rapporté dans la lettre du vicaire aurait pu mettre la vie du personnel du presbytère en danger, même si c'était moi la victime choisie. Mais très malheureusement c'est un homme qui suivait un cours en informatique qui est allé boire le pot de jus contenant les trois sachets d'Ex-lax. Contrairement à l'abbé Raymond Gravel, j'ai pardonné aux deux personnes qui voulaient se débarrasser de moi. Pour trouver mon témoignage au complet mettre dans le navigateur le titre ci-dessous.
(Un pardon impardonnable qui ressemble à celui du Père Wiel)

1-suite-2

michel245 a dit...

En lisant différents sujets sur l'abbé Gravel on a l'impression qu'il a quitté la prêtrise et qu'il se croit encore en politique pour contester au lieu d'annoncer, et de poursuivre au lieu de suivre l'exemple du Pasteur des pasteurs. Si l'abbé Gravel a choisi de rester prêtre pour contester au lieu d'évangéliser, alors il aurait dû rester en politique qui est l'endroit idéal pour contester. Imaginons que l'abbé Raymond Gravel ait choisi de rester en politique pour évangéliser les parties en opposition avec ses valeurs évangéliques, on lui aurait sûrement demandé de retourner en paroisse. Que ce soit en politique ou en religion il faut respecter les personnes qui ont reçu un mandat pour accomplir leur tâche si c'est en politique, et leur mission quand on accepte de répondre à une vocation.

Par exemple en politique il faut mandater un sénateur pour diriger le Parlement, tout comme dans chaque comté ça prend des députés qui reçoivent le mandat d'exercer leur fonction pour le temps qu'ils occuperont leur poste. Dans chaque pays ça prend un premier ministre comme dans une ville ça prend un maire. Alors si on donne des mandats à tout ce beau monde c'est sûrement parce qu'ils ont les compétences pour accomplir chacun leur fonction, pour laquelle ils ont reçu un mandat où leur charge est bien expliquée. Quand chacun a son mandat ce n'est pas le député qui va dire au premier ministre comment faire son travail de premier ministre. Comme ce n'est pas le maire qui va dire au sénateur comment diriger le Parlement. Je pense qu'il y a un simple bon sens dans tout ça, où chacun doit respecter le mandat pour lequel il s'est rendu responsable et respecter le mandat que les autres ont reçu.

michel245 a dit...

Suite et fin de mon commentaire à Raymond Gravel.
Dans l'Église c'est différent de la politique, les personnes sont mandatées par Rome en ce qui concerne les évêques, les archevêques et les cardinaux. Les prêtres, eux, sont mandatés par l'évêque de chaque diocèse. Autant dans l'Église que dans la société il faut que chaque personne ayant reçu un mandat puisse à son tour respecter le mandat des autres, tout comme les autres se doivent de respecter leur mandat, sinon la vie autant en politique que dans l'Église n'aurait aucun sens.
Le pape avec les cardinaux ont reçu pour mandat de nommer des évêques dans chaque diocèse du monde en respectant le charisme de chaque évêque, aussi chacun sera-t-il choisi pour un ministère différent. Je pense qu'il faut être réaliste tant dans les choix que fait l'Église que dans les choix que font les politiciens qui confient des mandats pour que chaque pays soit bien dirigé en faisant des choix réfléchis. Mais il ne faut pas que le prêtre prenne la place de son évêque comme il ne faut pas que les évêques remplissent la fonction du pape dans leur diocèse.
En tout amitié Michel