19 janvier 2011

Avorteur poursuivi pour avoir tués sept nouveau-né #avortement #provie

Détails chez Jeanne Smits.

On ressente des frissons à en lire les détails. Le prétendu médecin a casser le cou des nourissons en les poignardant avec une paire de sciseaux.

La question: quelle aurait été la différence si l'avorteur aurait cassé leur cou dans l'utérus? Pour les féministes: le fait qu'ils étaient dans le corps de la mère. La souffrance des foetus n'a aucune valeur à cause de cette fameuse notion de l'autonomie-- qui n'inclut pas une notion de responsabilité envers un autre être humain. Mais non, leur souffrance ne compte pas parce que si elle comptait, la femme deviendrait une esclave du patriarcat. (Comme si elle ne l'était pas déjà, compte tenu du perpétual état de victimisation des femmes, selon les féministes). Dieu sait que si l'avortement était criminel-- surtout l'avortement tardif-- la femme serait réduit en servage permanent face aux forces qui l'oppriment. Les femmes seraient enchaînées à leur fourneaux, pied nu, en état de grossesse perpétuel. Elles ne pourraientt jamais prendre aucune autre décision . Les hommes comploteraient pour assurer sa sujétion finale et complète.

Voyons donc.

Voyez-vous comment la fantaisie féministe empêche la reconnaissance légale aux foetus qui leur est dû? L'avortement a déjà été illégal. Comment est-ce que les femmes ont fait pour accomplir autant? Peut-être l'avortement n'était pas aussi nécessaire qu'on prétend.

Ajout: Des photos choquantes des crimes, incluant un bébé mort.

Aucun commentaire: