12 décembre 2010

Les militantes féministes sont une gang de menteuses

Le site Sisyphe sonne l'alarme concernant le Projet de Loi C-510.

"Nouvelle tentative de criminaliser l’avortement à la Chambre des communes à Ottawa"

Ah oui?

Quel est l'objective de ce projet de loi?

De pénaliser ceux qui forceraient une femme à avorter.

Donc, de respcter son choix mener sa grossesse à terme.

Est-ce que les féministes sont d'accord?

BEN NON! Parce qu'on essaie de protéger le droit de ne se PAS faire avorter.

Il ne faut surtout pas jamais donner raison aux pro-vie pour les féministes.

C'est simple: elles veulent protéger l'avortement, pas "le choix".

Si "le choix" était primordial, elles seraient en faveur de criminaliser ceux qui ne respectent pas le choix d'une femme de ne pas se faire avorter.

Il ne s'agit pas du tout d'une tentative de criminaliser l'avortement. Ça ne touche pas du tout à l'avortement.

C'est comme toute l'histoire entourant le projet de loi concernant les victimes non-nées du crime.

Les femmes qui sont victimes de crime et qui perdent leur foetus perdent deux fois.

Est-ce que les féministes s'en foutaient? Non. Il ne faut surtout remettre en question l'avortement.

D'après moi, les pro-vie sont trop timides avec leur projet de lois. Ils devraient essayer de pousser plus loin au lieu d'essayer de présenter un projet de loi sur les termes féministes.

D'après moi, le caucus pro-vie devrait présenter une loi pour bannir la pratique de la dilatation et l'évacuation, qui consiste à démembrer un foetus dans le 2e trimestre.

Là on va parler d'avortement.

J'aimerais tellement ça voir les avorteurs devant les comités parlementaires expliquer comment ils performent cette opération cruelle. Diffusé sur CPAC (et pourquoi pas: Radio-Canada).

Ah oui, M. l'avorteur, décrit comment vous arracher le bras du foetus, et ss jambre et enfin que vous lui écrasez la tête.

Même si on ne gagnait pas le vote, ça ne peut qu'aider le mouvement pro-vie.

Il faut aller à l'avant et non pas chercher le compromis, surtout avec nos ennemis.

Aucun commentaire: