16 décembre 2010

Le temps est donc venu de stopper la diffamation généralisée des enseignants religieux,

Officiellement on dit qu'il y a eu 7% de pédophiles, donc, il y a eu 93% de prêtres et de religieux enseignants qui se sont dévoués généreusement à ce vaste ouvrage pédagogique, mal payés, sans vrai prestige le plus souvent. Certes avec plus ou moins de talent pédagogique. Ces innombrables vaillantes troupes d'hommes en soutanes sont, ces temps-ci, collectivement salies par ce malheureux 7%. Le temps est donc venu de stopper la diffamation généralisée des enseignants religieux, une entreprise malveillante, un ouvrage maléfique, entretenu par certains laïcistes fanatiques.


Hélas, nous sommes nombreux à nous taire, intimidés par la mode du jour : le vice répandu partout. Allons. Plein de Québécois se taisent peureusement face à ce déferlement, à cette infâme généralisation.


C'est simple: les Québecois ont peur de se faire crier des noms, surtout de se faire traiter de Taliban.

Aucun commentaire: