16 novembre 2010

Expliquer le recul de la gauche

C'est pas mêlant.

Isabelle Lacroix abonde en ce sens. «La gauche a un problème de présentation. Le discours de la droite est simple: liberté individuelle, baisse d'impôts, moins d'État. La gauche est en réaction à la droite, elle ne mène pas le débat, alors que les gens veulent du changement.»

On a essayé les politiques de la gauche. La tirelire gouvernementale est vide. Il n'y a plus d'avantage à parler de plus de programmes sociaux.

Parce qu'il ne reste plus d'argent.

Ça fait des décennies qu'on le prédit.

Le problème c'est qu'un gouvernement est limité dans sa capacité de créer la richesse. Une bureaucratie ne peut pas véritablement compétionner avec le marché privé-- et elle ne devrait pas. Alors, la seule solution c'est de se fier sur le marché libre.

Les gauchistes seront OBLIGÉS de se fier sur ce marché libre pour créer cette richesse. Qu'on fait appelle à des co-ops ou des organismes à but non-lucratif, ou un autre machin gauchiste, c'est dans l'arène du libre marché que l'argent va se faire.

La gauche va continuer de reculer. Soit parce que les contribuables vont exiger des politiques plus favorables, ou l'économie va s'effrondrer et prouver que l'étatisme économique ne marche pas.

Aucun commentaire: