14 octobre 2010

Les féministes croient que le libre marché nuise à la femme

Mais c'est le contraire.

Voici une manchette que j'ai trouvé en feuilletant Google News:


On a assez étiré l’élastique ! Non aux hausses des tarifs et à la privatisation des services publics

Ces féministes dénoncent le système qui a rendu possible la mise en place des services publics.

Comment est-ce que ces programmes sociaux auraient pu être payés, sans la richesse crée par le système capitaliste?

Combien des pays communistes et socialistes reste-t-ils dans le monde?

Pas tant que ça.

Parce qu'ils ne créent pas la richesse pour créer l'utopie socialiste.

Elles disent que:

Les femmes reçoivent de plein fouet les conséquences du désengagement progressif de l'État du domaine des services publics.

Mais les femmes ne paient pas d'impôt? Les femmes n'ont pas d'entreprises? Les femmes ne souffrent pas des listes d'attente créées par un système bureaucratique et sclérosé?

Écoute ben mesdames. La pauvreté doit être adressé, mais pas en extorquant l'argent des gens au taux de 60% (si on compte tous les impôts).

C'EST ÇA qui apprauvit les gens!

Pour payer des fonctionnaires et des lobbyistes et des "groupes sociaux" à chiâler. Pour avoir plus d'argent. Pour chiâler encore plus.

Et la pauvreté des hommes-- ça ne compte pas? On doit juste créer une société qui répond aux intérêts des femmes? Ah oui, vous m'allez dire qu'il s'agit "d'équité", mais comme ce sont les hommes (en majorité) qui GAGNENT l'argent, en prenant le risque, en poursuivant des carrières plus dangéreuses, plus physiques, et exigeant une plus grande instruction, etc, me semble que c'est normal qu'il ait plus d'argent.

"Mais la société devrait répondre aux BESOINS des gens."

Ah, la devise des parasites. Je suis d'accord qu'on doit aider les gens nécessiteux. Mais ultimement, la charité ne peut pas être exigé.

Parce qu'exiger de l'argent des autres, comme si ON (le collectif) y était dû encourage le parasitism: on ne travaille plus pour ce qu'on gagne: on s'attend aux autres de le donner.

Regarde comment les féministes pensent que le gouvernement est la solution à la pauvreté, comme si l'action privée ne pouvait pas donner aux pauvres ce qu'ils ont de besoin pour sortir de leur situation précaire.

Si les féministes passaient leurs temps à demander aux riches eux-mêmes de donner l'argent (parce que les riches ne sont pas tous des sans coeurs) et d'aider les femmes directement, elles n'auraient pas besoin d'aller chiâler au gouvernement et les contribuables auraient une baisse de taxes (qui améliorait la situation économique des femmes).

Mais les féminists n'ont aucune espèce de notion économique. C'est le système capitaliste qui a rendu possible la situation présente des femmes. C'est le système qui a rendu possible toute notre culture physique, scientifique, médicale, etc qui a liberé la femme d'une espérance de vie très courte où la vie se passait presque uniquement dans la sphère domestique pour la grande majorité des femmes. C'est le système qui a rendu possible l'éducation universelle. C'est le système qui a rendu possible l'automatisation du travail, et donc a réduit quelque peu la valeur marchande de la force physique des hommes, ce qui a égalisé un peu plus la valeur du travail de la femme. (Parce que la force de l'homme vaut plus que celle de la femme).

Ce n'est pas pour dire que le capitalisme est sans tache et sans problème. Mais l'utopie n'existe pas et n'existera jamais, et c'est le système qui nous a rendu tellement confortable qu'on a perdu toute notion d'une véritable pauvreté. Les gens du Tiers-monde souhaiteraient vivre dans notre pauvreté.

Aucun commentaire: