28 octobre 2010

Les évêques québecois et le synode de la Nouvelle Évangélisation

Dans une lettre adressé au pape:
Mgr Morisette a souligné l'importance de la création d'un Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation, une question qui occupera largement les travaux de l'assemblée.

Le thème de l'évangélisation, précise-t-il, sera abordé sous quatre angles différents : les enjeux actuels en bioéthique ; la pastorale des catholiques non pratiquants ; la responsabilité dans l'exercice du ministère avec un accent sur les questions liées aux abus sexuels ; les approches visant à renouveler les paroisses en favorisant la participation des jeunes adultes catholiques.

J'ai hâte de voir ce que les évêques vont dire sur les questions pro-vie.

J'ai toujours l'impression que les évêques québécois ont une adhésion formelle et minimale aux doctrines pro-vie de l'Église, surtout en ce qui concerne la protection légale du foetus. C'est simple, l'Archévêque Msgr. Turcotte s'est prononcé contre la criminalisation, et personne n'a rien dit dans l'Église; et quand le Cardinal Ouellet a dénoncé l'avortement, le seul évêque qui l'appuyait c'était Msgr. Prendergast d'Ottawa.

C'est simple, l'Église québécoise n'est pas crédible sur les questions pro-vie.

Toutes les idées sur la bioéthique vont venir des évêques canadiens-anglais, pour qui la question d'avortement est plus préoccupante-- pour certains. Bénoît XVI et Jean-Paul II ont eu l'idée géniale de s'assurer que les archévêques des plus grandes villes étaient plutôt pro-vie. Bien que ça donne que les régions sont souvent pris avec des évêques plutôt mous (pour ne pas dire hostile) au mouvement pro-vie, au moins les évêques ont plus de chance de convertir le reste du pays en témoignant dans les centres influentiels du pays. La seule exception majeure seraient peut-être Montréal. Mais j'ai l'impression que ça va changer ben vite. L'époque des évêques mous sur le pro-vie tirent à sa fin.

Aucun commentaire: