26 octobre 2010

La droite québécoise: Le mouvement Seinfeld

La droite québécoise: Le mouvement Seinfeld

A movement about nothing:


Dire que le modèle québécois est dans un cul-de-sac et trouver des exemples qui le démontrent, c'est une chose. Définir les éléments du modèle de remplacement en est une autre, surtout si on réclame la disparition pure et simple de grands pans du système en place.

Même s'il soutient ne pas vouloir se transformer en parti politique, le Réseau Liberté-Québec va devoir articuler des demandes plus précises pour espérer avoir de l'impact. Les Marcotte, Duhaime, Leduc et compagnie à l'origine du mouvement s'exprimaient pour l'instant en tirailleurs, soit à travers des blogues ou des chroniques sans souci de cohérence ou d'élaboration d'un projet articulé. Mais pour être pris au sérieux dorénavant, leur regroupement va devoir nommer les gestes à poser pour «sauver» le Québec.

Avant d'adhérer en masse au projet d'une vraie droite au pouvoir au Québec, les citoyens vont demander quels programmes et services seront condamnés, combien de fonctionnaires seront mis à pied, quelles lois seront abrogées et quels organismes réglementaires vont être démantelés avant l'avènement de l'ère du privé et du citoyen roi.

Je crois que le problème est essentiellement philosophique.

Qu'est-ce que la droite veut que l'État fasse?

Les gens veulent moins d'État. Mais il s'agit de savoir: pourquoi? Moins d'État pour simplement faire ce qu'on veut, c'est égoïste. Il faut une réponse plus nuancée, plus morale. Moins d'État pour que les compagnies fassent plus d'argent, c'est correct, mais pas très visionnaire.

Si la droite n'élabore une philosophie pour se guider, elle ne fera pas de progrès. Dans le moment, la majorité des québécois reçoivent toutes sortes de prestations. Pensez-vous qu'ils vont les sacrifier sans une bonne raison? Ils doivent voir que c'est dans leur intérêt personnel de le faire.

Si la droite c'est juste couper pour couper, quelle sorte de plateforme électorale que ça va donner? La plateforme Seinfeld. La plateforme qui n'a pas de sujet, sauf les coupures et les baisses de taxes. J'aimerais ça en avoir, mais compte tenu de la nature humaine, je doute fortement que l'électorat va y adhérer.

C'est un peu pour ça que les partis de droite échouent à développer des politiques plus libertariennes. Ils doivent toujours offrir des pots-de-vin électoraux pour gagner leurs élections. Il faut changer la mentalité des gens pour réussir. Les gens ont beau répondre à un sondage qu'ils veulent moins d'État, mais quand il vient temps de sacrifier, ils ne sont pas prêts à le faire. C'est la nature humaine.

Il faut aussi avoir une pensée pour le genre de société qu'on veut créer après les coupures. Parce que la société aura à remplir les fonctions que l'État aura délaissées.

Aucun commentaire: