13 septembre 2010

La question de l'euthanasie: plus qu'une question de mort

John Zucchi:


Prévoir plusieurs années de douleur physique peut certainement induire une personne à demander l'euthanasie ou d'être assistée dans sa tentative de suicide. Cependant, les raisons pour celle-ci sont plus profondes. Souhaiter mourir signifie que la personne n'a plus d'espoir. Elle n'attend plus rien de la vie.

...

Ceci est le choix que nous sommes en train de prendre sur la question de l'euthanasie. C'est plus qu'une question d'affermer notre droit de scheduler notre mort. Il y a quelque chose de plus sacrsainte que des droits; c'est la vie elle-même et l'espoir qui la soutient. Notre choix c'est entre la désolation et l'espoir, entre le désespoir et une autre façon de regarder la vie, où nous ne sommes pas maîtres de nos destins, mais plutôt où nous sommes prêts à être accompagnés par d'autres. Il s'agit d'une solidarité qui affirme la belle vie, et donc qui nous empêche d'avoir peur de faire face à une bonne mort.

The prospect of many years of physical pain can certainly tempt one to request euthanasia or to be assisted in committing suicide. However, the reasons go much deeper. To wish to die means that one no longer has hope. There is nothing left to live for. One no longer expects anything from life.

...

This is the choice we are making on the question of euthanasia. It is about much more than asserting the right to time our own death. There is something more sacrosanct than rights, and that is life itself and the hope that sustains it. Our choice is between hopelessness and hope, between despair and another way of looking at life, where we are not masters of our own destinies but rather human beings who uphold our fellow human beings, and are willing to be accompanied by others. It is about solidarity, affirming the good life and therefore not being afraid to face a good death.

Aucun commentaire: