25 avril 2010

Les féministes et le "choix" concernant l'accouchement

Ce communiqué de presse de la Collectif Rebelles de Saguenay m'a fait monter ma pression à plusieurs reprises.

Il exige que le gouvernement construit une maison de naissances pour les femmes qui souhaitent être suivi par une sage-femme et donner naissance dans un atmosphère plus détendu que l'hôpital.

Je suis mal-à-l'aise avec l'idéologie derrière la promotion des sages-femmes comme une alternative au médicin comme principal accoucheuse. Pour la grossesse moyenne, la sage-femme est aussi efficace qu'un médecin. Cependant, on ne sait pas d'avance s'il va y avoir des complications. Je sais qu'on parle des accouchements dans des endroits à 30 minutes d'un hôpital, mais dans une situation critique, 30 minutes peut être énorme. Je m'en fous ce que les études disent, c'est le gros bon sens.

Je rejette aussi l'idée que la médicalisation de l'accouchement est une mauvaise chose. Je comprends que le système médical peut être paternaliste concernant les accouchements. Toi, tu veux une chose, ton médecin veut le contraire. C'est agaçant. Cependant, la médicalisation de l'accouchement est ce qu'a permis de réduire le taux de mortalité maternelle à presqu'à zéro. Les femmes qui meurent en couche aujourd'hui ont des sérieux problèmes de santé.

Tout ça pour dire que malgré ses défauts, le système médical marche très bien. Prôner une maison de naissance uniquement pour satisfaire à ses désirs, c'est un peu farfelu.

Ce qui me dérange énormément de ce communiqué, c'est la démagogie du texte.

Par exemple:
Pour cette raison, le Comité Maison des naissances 02 et ses allié-e-s continuent de réclamer la concrétisation du projet de Maison des naissances, afin que les femmes bénéficient d’une réelle liberté de choix quant à leur suivi de grossesse et leur accouchement et qu’elles parviennent à un plein contrôle sur leur corps.

Je n'ai pas de véritable objection de l'existence des maisons de naissance. Mais est-ce que le gouvernement a le devoir d'offrir tous les choix désirés? Pensez-y. La liberté, c'est pouvoir agir sans contraintes. Ce n'est pas le droit à avoir ce qu'on veut pour satisfaire ses croyances.

En effet, leur admission à l’hôpital signifie souvent une perte de contrôle sur leur corps. À leur arrivée à l’hôpital sont enclenchés des protocoles médicaux qui ne tiennent pas suffisamment compte des particularités de chacune et où l’espace de décision est restreint.

Mais c'est pareil pour tout le monde! Quand t'es malade à l'hôpital, tu n'es plus en contrôle de ton corps. C'est le médecin qui décide quel médicament te préscrire, etc.

Dans un système de santé plus libre, les femmes, en tant que clientes, pourraient exiger une plus grande implication décisionnelle.

Mais c'est ridicule de se confier à un médecin pour ensuite ne pas lui faire confiance. C'est qui qui possède les diplômes en médecin? Je sais bien qu'un diplôme ne lui confie pas une infaillibilité médicale, mais en général quand les médecins prennent une décision, généralement c'est la bonne (ou un bon choix parmi tant d'autres). Si ça marchait pas, les gens ne guériraient pas pis le système de santé n'aurait pas de crédibilité. Le contrôle absolu de son corps, ce n'est pas le summum du bonheur ou de la dignité humaine. Je ne dis pas que la patiente doit se vendre en esclavage pour se faire soigner, mais il faut faire la part des choses. On ne contrôle plus complètement son corps quand qu'on entre à l'hôpital et ça ne fait pas de nous une population opprimée. L'accouchement n'est pas différent. Je sais que certaines veulent une expérience différente-- c'est légitime comme désir. Mais ne viens pas justifier la construction d'une maison de naissance par volonté de préserver "le contrôle (complet) de son corps)".

Une tendance à la surmédicalisation de l’accouchement (péridurale, césarienne, etc.) est d’ailleurs observée et est fort préoccupante pour la santé des femmes

Est-ce vrai? A-t-on fait un sondage là-dessus? Franchement, ça ne me concerne pas du tout.

En effet, depuis la création d’ententes avec divers centres hospitaliers visant à offrir aux femmes suivies avec une sage-femme la possibilité d’accoucher à l’hôpital avec cette dernière, une très mince proportion des futures mères prennent cette option, vivant plutôt leur accouchement en maison des naissances. Cela démontre que les femmes ne veulent pas seulement être assistées par une sage-femme, elles veulent donner naissance dans un lieu qui prône une philosophie et des valeurs plus proches des leurs.

Encore une autre affirmation qu'on prend pour acquis. "Les femmes veulent être assistées par une sage-femme"-- ah oui? A-t-on fait un sondage? Et encore une fois, est-ce que les femmes de la région sont vraiment contre la médicalisation de la grossesse? Pas sûre, moi. Je crois plutôt que les féministes se parlent entre elles pour elles pensent que le reste de la population sont d'accord.

Mais voyez comment ça marche, le féminisme. On fait beaucoup d'affirmations, sans que personne en fait la démonstration. Les "faits" avancés découlent des valeurs et des croyances-- ce ne sont pas des véritables constats.

Il faut que les femmes questionnent les féministes. Il ne faut pas qu'on les laisse dominer le discours sur la véritable volonté des femmes. Elles ne nous représentent pas et on ne devrait pas nous les laisser faire.

Aucun commentaire: