19 septembre 2009

Le relativisme: Un cul-de-sac

Yves Casgrain:

Or, notre société est atteinte par un cancer de la pensée : le relativisme. Ce dernier transforme toutes vérités en de simples opinions qui sont valables, parce que partagées par certaines personnes. Dans cet esprit, aucune opinion ne peut prétendre à la véracité. Dans ce contexte, nos prophètes sociaux, politiques ou religieux ne peuvent jouer leur rôle de guides.

(...)

Les disciples du Christ ne peuvent pas adhérer à cette manière de penser, eux qui voient en Lui le Chemin, la Vérité et la Vie. Je ne peux pas, au nom du dialogue, transformer cette vérité, qui est à la base de ma vie, en une simple et vulgaire opinion. Cependant, cette vérité absolue, que je partage absolument, ne m’empêche pas d’entrer dans un dialogue vrai avec l’autre.

Dans l’ère du relativisme, le dialogue est faussé, car toutes les opinions s’équivalent. Nous ne pouvons qu’écouter, sans plus. Non seulement le dialogue est faussé, mais le jugement est impossible, voir interdit. Car sur quelle base, en effet, puis-je asseoir mon jugement critique si tout est fondu dans un vaste amalgame d’idées toutes meilleures les unes que les autres ?

Aucun commentaire: