23 août 2009

Pour suivre Jésus, il faut accepter sa Parole

Aujourd'hui dans son Angélus, le Pape Benoît a révelé la nature de notre appartenance à Jésus:

Aujourd'hui encore, beaucoup restent « scandalisés » devant le paradoxe de la foi chrétienne. L'enseignement de Jésus semble « dur », trop difficile à être accueilli et à mettre en pratique. Il y en a alors qui le refuse et abandonne le Christ ; il y en a qui cherche « à adapter » sa parole aux modes de notre époque en dénaturant son sens et sa valeur. « ne voulez-vous pas aussi vous en aller ? ». Cette provocation inquiétante résonne dans notre cœur et attend de chacun une réponse personnelle. Jésus en effet ne se contente pas d'une appartenance superficielle et formelle, une première et enthousiaste adhésion ne lui est pas suffisante ; il faut, au contraire, adhérer pour toute la vie « à sa pensée et à sa volonté ». Le suivre remplit notre cœur de joie et donne un plein sens à notre existence, mais cela comporte des difficultés et des renoncements parce que très souvent on doit aller à contre-courant.

« Ne voulez-vous pas aussi vous en aller ? ». À la question de Jésus, Pierre répond au nom des Apôtres : « Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Et nous avons cru et nous avons connu que tu es le Christ, le Saint de Dieu. » (vv. 68-69). Chers frères et sœurs, nous aussi pouvons répéter la réponse de Pierre, conscients certes de notre fragilité humaine, mais confiants dans la puissance de l'Esprit Saint, qui s'exprime et se manifeste dans la communion avec Jésus.


Aujourd'hui, on essaie de refaire les doctrines à l'image de notre époque pour les rendre moins "durs", moins scandalisant.

Imaginez-vous le scandale que Jésus a dû crée avec son enseignement: il faut manger la chair du fils de l'homme.

Ça n'a pas de "bon sens" dans la tête des gens. Comment croire à ça?

Mais si on accepte Jésus, il faut accepter sa parole comme étant une manifestation de son amour. Les hommes sont limités et ignorants. Ils ne savent pas toujours ce que l'Amour demande. Mais Jésus est amour lui-même. Si on y croit, on devrait lui faire confiance, même si ça nous paraît difficile d'accepter.

H/T: Le Salon Beige

Aucun commentaire: