31 août 2009

Mario Dumont: Les Québécois endormis dans leur gros confort

Tellement vrai.

L'État et les autres s'occupent de tout, au Québec. Personne ne doit se questionner sur l'idéologie ambiante.

En ce qui concerne le questions pro-vie, il a entièrement d'accord. Dans notre société, un enfant, c'est un fardeau, un afterthought, quelque chose qu'on peut aimer ou ne pas aimer, comme la couleur de draps ou la marque de char.

Ce n'est plus automatique d'aimer un enfant. On dit: un enfant si je veux, quand je veux.

Et si l'enfant n'arrive pas si je veux ou quand je veux?

Quoi, on l'aime pas?

C'est ça la perversion de la culture de la mort. L'amour est facultatif. La liberté n'est pas accompagné de responsabilité. On fait ce qu'on veut, si on veut, quand on veut.

Pis personne a le droit de questionner.

Questionner ses choix. Questionner ses gestes et surtout questionner ses valeurs.

Pas le droit de juger!

Parce que critiquer les gens, c'est être fanatique, c'est être extrêmiste, c'est se croire supérieur aux autres.

Le silencement de tout ce questionnement propage la médiocrité québécoise. Trente milles avortements ont lieu au Québec, mais pas le droit de juger! Les couples se séparent et se reconstituent--mais n'essaie pas de dire que c'est mauvais pour les enfants! Notre culture sexuelle mène à un taux élevé de MTS, et des enfants de 13 ans qui tombent enceinte (malgré le port du condom!) mais n'ose surtout pas de questionner ça.

Il ne faut RIEN critiquer, rien dénoncer, rien dire. Il ne faut pas regarder les conséquences néfastes évidentes de ces pratiques. Il ne faut dire les choses comme elles sont: que l'érosion du mariage mène à des familles instables, que le divorce traumatise les enfants, que l'éducation sexuelle donne l'impression aux enfants qu'on leur donne permission d'avoir des relations sexuelles (permission? Hein! Il ne faut pas empêcher les enfants d'avoir des relations! ÇA c'est EXTRÊMISTE!)

Les Québécois sont tellement loin du modèle idéal qu'ils ne voient pas les bénéfices d'un couple marié, monogame, ayant des enfants qui sont appris le sens de valeurs vraies, c'est-à-dire judéo-chrétiennes.

Mais personne dit rien. Parce qu'on ne veut pas passer pour des freaks christianistes talibanisés qui veulent imposer une théocratie sur le monde entier. On veut s'accorder avec le monde et ne pas subir la condamnation. C'est tellement plus facile de se taire et d'être confortable dans sa peau. Et pis si le Québec continue de sombrer dans l'immoralité et la misère que ça engendre, mais just too bad, c'est plus important de ne pas passer pour un réactionnaire.

Aucun commentaire: