24 juillet 2009

L'Église se conte encore des histoires

Dans les derniers jours, il a été annoncé que l'Archévêque de Toronto retiendra environ un million de dollars destiné à Développement et Paix, et ne versera pas l'argent uniquement pour les projets approuvés par les évêques locaux. Étant donné qu'aucun des groupes apprivoisés par Développement et Paix est appuyés par leur évêque, ça veut dire qu'en pratique l'Archévêché coupe le budget de l'organization d'un dixième. Selon le blogue de Sel et Lumière:

Encore une fois, LifeSiteNews était le seul site qui présentait la déclaration de l’archevêque de Toronto, s’en servant à son avantage, affirmant avoir découvert le pot-aux-roses que Mgr Collins dénoncerait par sa déclaration. Comme si on nous poussait à croire que Collins estime que le rapport de la délégation envoyée au Mexique n’est pas allé assez loin dans son enquête et ses recommandations. C’est mal comprendre les propos de l’archevêque.



L'Archévêque garde un million du budget du groupe. C'est clair qu'il pense que tout ne tourne pas rond dans cette affaire.

Moi ça me dérange énormément qu'on soupçonne Lifesite de mauvaises intentions quand son but c'est rien d'autre qu'une Église orthodoxe-- c'est à dire, fidèle aux dires du Magistère-- est un monde qui respecte la culture de la vie.

S'il y a une bonne chose qui ressorte de cette affaire, c'est qu'il semble que les évêques démontrent une volonté de se montrer un p'tit peu plus francs, même si le message est transmis par le biais de Sel et Lumière. Je ne dis pas que le blogueur en question prend ses ordres de la Conférence des Évêques, mais on peut s'imaginer qu'ils sont d'accords en esprit. Mettons que Sel et Lumière doit dire ce que plusieurs évêques pensent tout bas.


La décision de Mgr Collins et ses suggestions font suite à sa rencontre avec la direction de Développement et Paix et de ShareLife la semaine dernière. Il existe un dialogue ouvert entre les divers intervenants dans ce dossier. La déclaration faite aujourd’hui n’est pas un désaveu à l’endroit de D&P mais un appel à travailler ensemble pour renouveler cet organisme. C’est ce sur quoi l’ensemble des évêques canadiens se pencheront cet automne lors de leur plénière annuelle. Ils le feront en collaboration avec les laïcs engagés au service de la solidarité et du développement intégral de nos frères et sœurs des régions défavorisées du monde.


Je suis pour le dialogue ouvert.

Peut-être il est temps que les évêques aient un dialogue franc et ouvert avec le mouvement pro-vie. Qu'on dit les choses comme on les pense. Parce que je suis tannée de la langue de bois des élites de l'Église. Le clergé ne veut pas avoir l'air bête, mais ils n'ont pas peur d'avoir l'air de politiciens qui contournent les questions et essaient d'évader la choses avec leurs "nuances" et leurs "subtilités" quand, dans leur tête, il ne s'agit aucunement de ces choses-là.

Pis, dans ce dialogue, j'aimerais bien que le Vatican en prenne part. Pour le trippe de savoir ce que l'Église enseigne. Véritablement. On ne peut plus se fier aux évêques.

2 commentaires:

Suzanne a dit...

A ce sujet, j'ai entendu les gens de Radio Ville-Marie allègrement dénigrer LifeSite. Les propos étaient hautains, cassants et méprisants. L'église du Québec, c'est çà.

Suzanne a dit...

Pas surprenant. Le mépris de Lifesite est un des meilleures signes qu'on n'est pas complètement orthodoxe, surtout lorsqu'il concerne le droit à la vie et l'égalité de l'enfant à naître.