13 juillet 2009

Le pape: l'athéisme publique empêche le développement de l'homme

Caritas in Veritate:

[...]Outre le fanatisme religieux qui, en certains milieux, empêche l’exercice du droit à la liberté religieuse, la promotion programmée de l’indifférence religieuse ou de l’athéisme pratique de la part de nombreux pays s’oppose elle aussi aux exigences du développement des peuples, en leur soustrayant l’accès aux ressources spirituelles et humaines. Dieu est le garant du véritable développement de l’homme, dans la mesure où, l’ayant créé à son image, Il en fonde aussi la dignité transcendante et alimente en lui la soif d’« être plus ». L’homme n’est pas un atome perdu dans un univers de hasard [70], mais il est une créature de Dieu, à qui Il a voulu donner une âme immortelle et qu’Il aime depuis toujours. Si l’homme n’était que le fruit du hasard ou de la nécessité, ou bien s’il devait réduire ses aspirations à l’horizon restreint des situations dans lesquelles il vit, si tout n’était qu’histoire et culture et si l’homme n’avait pas une nature destinée à être transcendée dans une vie surnaturelle, on pourrait parler de croissance ou d’évolution, mais pas de développement. Quand l’État promeut, enseigne, ou même impose, des formes d’athéisme pratique, il soustrait à ses citoyens la force morale et spirituelle indispensable pour s’engager en faveur du développement humain intégral et il les empêche d’avancer avec un dynamisme renouvelé dans leur engagement pour donner une réponse humaine plus généreuse à l’amour de Dieu [71]. Il arrive aussi que les pays économiquement développés ou émergents exportent vers les pays pauvres, dans le contexte de leur rapports culturels, commerciaux et politiques, cette vision réductrice de la personne et de sa destinée. C’est le dommage que le « surdéveloppement » [72] inflige au développement authentique, quand il s’accompagne d’un « sous-développement moral » [73].

2 commentaires:

Suzanne a dit...

Cela prouve également qu’aujourd’hui, contrairement à ce que les socialistes et go-gauchistes moraux de ce monde (y’en a beaucoup soit dit en passant) pensent et crient tout haut, les élites d’aujourd’hui n’ont rien de chrétien. Le phénomène remonte même à l’ère industrielle de l’Europe de l’ouest, où les pionniers de cette ère engageaient du cheap labour qui travaillait dans des conditions misérables, alors qu’eux vivaient dans la luxure et dans du pur péché. Dans la Parole, leur situation est bien décrite dans Jacques 5, sous-titré «aux mauvais riches».

Et même si certains d’entre eux allaient à la messe le dimanche matin, il est clair qu’ils n’étaient pas honnêtes dans la pratique du christianisme et qu’à ce moment-là, le salut était impossible.

Suzanne a dit...

L’athéisme, oui. Le prozélitisme athée, pas sûr…

http://ysengrimus.wordpress.com/2008/10/29/l%E2%80%99atheisme-doit-il-militer/

Il y a des causes plus cruciales.