22 mai 2009

L'Église sortira de sa crise?

Selon Benoît Voyer, oui:

Il y a du feu sous la cendre.

...

Il suffit de peu pour réveiller les racines catholiques qui sommeillent en elles. Il y a du feu sous la braise.


Ouin, ça fait au moins 30 ans qu'on se conte des histoires...

Il cite les évêques:

De plus, « même si les jeunes, pour leur part, se font rares dans les organisations ecclésiales et ont un taux de pratique religieuse très faible, on sent beaucoup moins chez eux cette agressivité contre l’Église que les générations précédentes continuent parfois d’avoir : ils manifestent une ouverture étonnante au message de l’Évangile et témoignent d’une soif de spiritualité » riche, s’étonnent les évêques du Québec dans leur dernier rapport déposé au Vatican, en 2007 (Assemblée des évêques catholique du Québec. « Bâtir l’Église de Dieu qui est au Québec ; La visite ad limina des évêques du Québec », Collection « L’Église aux quatre vents », Éditions Fides 2007, p. 31-32).


J'ai l'impression que les évêques sont complètement aveugles à la situation. Dans le passé, ils ont démontré une profonde incapacité de lire la situation et agir en conséquence. Les résultats en témoignent. Ils ne sont pas les gens à qui on doit se fier pour savoir si l'Église va renaître.

Ce qui est réconfortant pour l’Église catholique du Québec est qu’on remarque des nouveaux venus au sein de la grande communauté, un nouveau réseau composé de personnes qui viennent à la rencontre de Jésus de Nazareth et pour découvrir cette institution qui a bien changé depuis 1960. Ces nouveaux visages, qui appartiennent aux générations X et Y, bien qu’encore minoritaire, sont rejoints par la vitalité des communautés de foi les plus ouvertes à la postmodernité ou qui favorisent chez eux une expérience spirituelle intense.


Benoît n'a pas appris les leçons du passé. Il n'est pas capable de lire le signe des temps.

Ce n'est pas l'aille "post-moderniste" de l'Église qui croît. Les gens qui veulent être comme les laïques vont rester laïques. Ce sont les orthodoxes qui renouvellent l'Église à travers le monde.

Les "post-modernistes" sont en voie de disparition, grâce aux efforts du Pape Jean Paul II et de Benoît XVI. Je vois des évêques plus pro-vie, plus centré sur l'orthodoxie, pas moins. On dirait que c'est juste le Québec qui fait exception à cette tendance en Occident.

« Autrefois, nous avions beaucoup de baptisés, mais combien de chrétiens ?, questionne Rick Van Lier en entrevue au quotidien Le Devoir (Pierre Vallée. « Vie religieuse ; Les communautés religieuses sont celles qui attirent le plus », Le Devoir, 12 avril 2009, p. G8). Cela nous a donné beaucoup de personnes avec une foi en culottes courtes, c’est-à-dire une foi qui n’évoluait pas et qui demeurait infantile. Aujourd’hui, nous assistons à un catholicisme de transition parce que c’est un catholicisme qui est maintenant choisi librement. La sensibilisation à la foi et l’évangélisation se font maintenant auprès de personnes adultes qui souvent se rechristianisent, ce qui vient revitaliser le catholicisme québécois ».


Justement. Ceux qui demeurent catholiques ou qui redécouvrent l'Église vont être mieux renseignés, mieux instruits. Ils vont finir par lire le catéchisme et développer un esprit authentique catholique.

L’Église catholique va finir par sortir de sa crise et retrouver ses lettres de noblesse, mais cela n’est pas encore pour demain matin. Pour que cela se réalise, il faut que les derniers témoins de l’Église d’avant le Concile Vatican II (1962-1965) disparaissent.


Les nouveaux prêtres ont tendance à être orthodoxe. D'ailleurs on tire nos prêtres des pays étrangers. Il n'y a rien de libéral d'un prêtre libanais.

Ces vieux catholiques, issus surtout de la génération de l’après-guerre, s’accrochent à un modèle d’Église qui n’a plus sa place,


En parlant du Concile, est-ce que les libéraux l'ont lu? C'est intéressant comment ça ne reflète pas du tout ce que les "modernistes" disent à propos de la foi.

Je crois que l'Église peut sortir de sa crise. Mais pas en prônant ce faux "esprit de Vatican II". Ça fait 40 ans que l'Église le fait. Ça ne marche pas. Qu'on arrête de répéter les erreurs du passé.

Aucun commentaire: