23 mai 2009

Être féministe dans l'Église catholique: la chose la plus inutile au monde

Françoise David:

Au début, ma perplexité est totale : comment concilier un engagement dans ce qui me paraît être l’une des institutions les plus patriarcales au monde…et militer comme féministe? À force d’observer ces femmes, à force de discuter avec elles, j’en viens à comprendre qu’elles souhaitent véritablement transformer l’Église catholique. Cela me parait être un gros parcours à obstacle. Je leur dis. Elles en conviennent…mais elles ont la foi, elles sont courageuses, patientes, déterminées.


Regardons l'histoire. Est-ce que le parti papal a déjà perdu un combat doctrinal important? Est-ce que le papauté a cédé sur des questions doctrinales?

Pensez-y deux minutes.

Arianisme? La dévotion pour les icônes? L'autonomie écclésiastique? (Pouvoir temporel sur l'Église)? Interprétation individuelle de la Bible? Le divorce? La contraception.

Une fois que la papauté s'est fait une idée sur la doctrine, elle n'a pas cédé.

Tu ne peux pas séparer l'Église catholique de son institution et de la papauté. Et comme tu ne peux pas faire cela, tu ne peux pas la réformer. Essayez de la réformer, c'est bâtir une Église séparée. Luther a essayé de la réformé. Les Tradis aussi.

Ça ne marche pas.

Mais jamais elles ne votent contre le libre-choix, elles préfèrent s’abstenir.


Félicitations, féministes catholiques. Votre silence permet aux enfants à naître de continuer à être tué. Les droits féministes priment sur le droit à la vie.

Concernant la montée pro-vie au Québec, le blogue de CVQ écrit:

Elle a toute les raisons de s'inquiéter...


Ouin, je vais le croire quand je vais le voir. À date, on dirait que c'est juste le Cardinal Ouellet et CV qui porte le flambeau. Montre-moi une manif pro-vie importante-- des centaines de personnes-- peut-être là je vais être plus convaincue. À quand La Marche pour la Vie sur la Colline Parlementaire à Québec? Ça ferait les manchettes. Je ne dis pas qu'il n'y a pas eu d'amélioration, mais l'opposition manifestée lors du débat sur la loi C-484 était pas mal muette comparée aux groupes d'intérêts spéciaux. Pis l'opinion publique était AVEC nous. Ça va prend un peu plus qu'une poignée de lettres aux journaux pour créer un momentum politique et culturel. Je ne veux pas décourager les gens, mais il ne faut pas être naïf, non plus. Il faut que les pro-vie québécois prennent plus d'actions. Quand le mouvement pro-vie québécois fait des gains dans l'opinion publique et dans la culture politique, on va en avoir des lois pour défendre l'enfant à naître. C'est la gauche Québecoise qui empêche le passage de ces lois. Je ne dis pas ça pour être méchante. Mais c'est la forteresse pro-avortement au Canada. Une fois qu'elle tombe, les forces de l'avortement vont subir une cuissante défaite.

Aucun commentaire: