2 avril 2009

Soit vous croyez le catholicisme, ou vous ne le croyez pas

Encore un autre article sur l'apostasie dans le Devoir.

On dirait une véritable campagne pour mettre pression sur l'Église de changer ses doctrines.

Ça ne marche pas, les gars. Regardez l'histoire de l'Église. Les campagnes de pression ne changent strictement rien.

On prend l'Église comme un véhicule d'idées ou de mouvements.

Ceux qui perçoivent l'Église de cette façon ont complètement manqué le bateau.

Soit que vous croyez en Jésus et qu'il a fondé l'Église pour transmettre sa Révélation--

ou vous ne le croyez pas.

Point final.

Ce n'est pas une question de se "faire entendre".

Si tu es membre de l'Église, c'est que tu veux écouter ce que l'Église a à dire.

Si on était capable de faire son propre salut, sans Dieu, on n'aurait pas besoin de l'Église.

Mais, avoir la foi catholique, c'est d'admettre-- implicitement-- qu'on n'est pas capable de combler notre vide spirituel. On a besoin du Dieu vivant.

On a besoin de Dieu de nous dire-- à travers l'Église-- comment vivre.

Mais, si on pense savoir mieux que l'Église-- bien on a beau essayer.

Mais comment savoir mieux que Dieu comment vivre?

De l'autre côté, l'Église ne s'aide pas.

L'hiérarchie ne veut pas enseigner.

Le clergé transmet un message. Il ne l'enseigne pas, il le propose, comme on propose un plan d'action ou une politique.

Qu'on arrête de proposer-- qu'on affirme.

Jésus disait ce qu'il pensait. Il n'essayer pas à plaire tout le monde. Il divisait les gens.

L'Église ne veut pas diviser, elle veut unir.

Je suis pour l'Unité-- mais pas en sacrifiant la substance de la doctrine.

Le clergé fait tellement dur. Qui va être le prophète de l'Église? Qui va dire les choses comme elles sont? Je me demande souvent la question. Y'est temps que l'Église se réveille.

Aucun commentaire: