3 avril 2009

Les séropositifs ne devraient pas être blâmés pour l'épidémie du SIDA, prise 2

Suburbain lucide commente sur un article publié dans un journal étudiant de l'Université de Montréal. Selon un expert cité dans cet article, on n'est pas certain que le VIH cause le SIDA.

D'après Christine Vézina, avocate à la Coalition des organismes québécois de lutte contre le sida (COCQ-Sida), la fiabilité des preuves scientifiques montrant que le VIH cause le SIDA est incertaine.

Coudonc, je croyais que cette question a été réglée. Je ne suis pas une experte-- loin de là. Mais il y a dix ans, c'était mal vu de remettre en question le VIH comme cause du SIDA, et voilà l'avocat d'un organisme qui lutte contre le SIDA qui fait la même chose.

Et comme c'est politically correct de lutter le SIDA, ses propos seront prises au sérieux.

Mais, je considère que cacher la séropositivité est une violation de droit personnel. La personne qui n'est pas atteinte a le droit de protéger sa santé, aussi.Les personnes qui ont trop peur de se faire tester, c'est eux qui manquent à leur responsabilité. La personne non-atteinte ne devrait pas souffrir à cause des peurs des autres. C'est ridicule de suggérer qu'une personne atteinte d'un virus dévastateur n'a pas de responsabilité.

Imaginez si j'avais la tuberculose, et pour me venger sur une personne, je tousse sur elle pour faire en sorte qu'elle contracte la maladie. Ce n'est pas un crime, ça? D'après moi, c'est la même chose que casser un bras d'un autre. C'est violer l'intégrite physique de façon sérieuse.

Mais comme il s'agit de SIDA et d'une population largement homosexuel, on ne veut pas les responsabiliser. Ce sont des victimes, voyons. Il faut les protéger.

Aucun commentaire: