4 avril 2009

Le problème avec le clergé...il n'enseigne pas la foi

Pierre Foglia parle de sa rencontre avec un séminariste du Grand Séminaire de Montréal. Il lui met au défi:

Un de vos paroissiens qui a le sida a des relations protégées; il vous en fait part en référant au pape, ajoutant que l'abstinence n'est pas une option pour lui. Lui intimez-vous de ne pas mettre de condom?

Bien sûr que non.

Mais cet idéal chrétien?

Je ne suis pas le pape.


Voilà en résumé le problème avec le clergé, qui m'enrage infiniment.

Comment veux-tu que les fidèles prennent le catholicisme au sérieux quand le clergé ne le croit pas?

Le clergé ne livre pas la marchandise.

Les enseignements de l'Église sont résumés dans le Catéchisme. Si tu veux savoir l'enseignement officiel de l'Église-- ou, du moins son attitude, ouvre le Catéchisme.

Ce sont là les lignes de bases de la foi.

Mais le clergé ne l'enseigne pas.

Il y a une dissonance entre ce que le Magistère enseigne et ce que clergé enseigne.

Et même quand un prêtre va, en substance, dire ce que l'Église enseigne, il va marmonner tellement longtemps ses nuances, ses distinctions, ses subtilités, ses cautions et ses explications qu'en bout de ligne les fidèles vont finir par comprendre qu'il n'y croit pas fermement, ou qu'il y a moyen de d'interpréter ses mots pour faire en sorte qu'on n'est pas obligé de assentir aux enseignements de l'Église.

Quand tu poses une question aux prêtres à la télé c'est jamais un "oui" ou un "non". C'est toujours blah blah blah, mais en fait, il y a moyen de ne pas être d'accord avec le pape sur cette doctrine, etc.

Et donc, quand une personne comme moi leur dit les choses comme elles sont-- tout bêtement-- à des personnes mal éduquées sur la foi, elles répondent avec colère et mécompréhension.

Donc on viole les attentes de les fidèles. Le Magistère dit une chose, le clergé une autre.

C'est pas juste.

C'est pas juste que le clergé, qui est censé de représenter le Magistère, le contrarie.

C'est pas juste qu'il donne l'impression que les fidèles ne sont pas obligés d'assentir aux dogmes de la foi.

C'est nettement pas le cas.

C'est pas juste que le diocèse de Sherbrooke va ordonner ce bonnehomme qui n'insiste pas sur la doctrine de la chasteté.

L'Église nous doit des prêtres qui va nous dire les choses comme elles sont.

Pourquoi est-ce que ce n'est pas obligatoire de se prouver orthodoxe pour être ordonné dans l'Église catholique?

Un prêtre qui n'aspire à dire exactement ce que le pape dit en matières de doctrine, c'est pas un prêtre très catholique.

La papauté existe pour une raison: pour trancher sur les questions doctrinales. C'est la fonction que Jésus lui-même a conféré sur Piere et ses successeurs.

Le problème c'est qu'on n'enseigne pas ces doctrines de bases dans les séminaires, et même on enseigne le contraire.

Mais est-ce qu'il y a une personne en charge qui va, un jour, prendre responsabilité et forcer un changement?

Ça ne peut pas continuer comme ça. C'est malhonnête. Que les responsables de l'Église prend les choses en main.

Aucun commentaire: