1 août 2008

Le président de la CJ du PLQ ne suggère pas la solution la plus évidente

Je suis d'accord avec les constats de François Beaudry-- le Président de la CJ du Parti libéral du Québec-- que le "modèle Québécois" (en fait, le "modèle occidental") ne peut plus être soutenu.

Bien des gens au Québec disent la même chose.

Mais c'est comme ils n'osent pas donner la solution la plus évidente et la plus simple:

Ayez plus d'enfants.

Je ne parle pas ici d'avoir 10 enfants comme au 19e siècle. Je parle de au moins trois enfants.

Avoir plus d'enfants, c'est certain que c'est un sacrifice.

Mais c'est aussi un investissement.

Présentement j'ai trois enfants: trois filles âgés de 6 ans, 3 ans et un mois.

Je sais par expérience que c'est épuisant. Je sais que c'est draînant sur les économies.

Mais je sais que ça va rapporter sur plusieurs points.

C'est certain on ne va pas en voyage à Floride avec trois enfants (sur un salaire!). Il y a bien des affaires qui sont hors question pour nous. (Surtout que ma fille aînée est autiste).

Mais je ne me sens pas dépourvue pour autant.

En fait, je me sens riche. Ça peut sembler naïf mais l'amour compense bien pour les choses qui nous manquent.

On possède une maison pas très dispendieuse qui a besoin beaucoup de réparations et nos meubles sont quasiment tous usagés. Mais so what? Quand les enfants font des dégâts, on ne s'en fait pas.

Je sais qu'à l'avenir, ça sera éventuellement plus facile. Les enfants vont devenir plus indépendents. Ils vont finir par travailler. Peut-être avoir des enfants eux-mêmes.

Peut-être venir nous visiter â Noël. Ça ferait des belles fêtes. Dans ma vieillesse, je vais avoir de la parenté.

Je dis tout ça parce que bien des gens ont l'idée qu'avoir plusieurs enfants, c'est impossible, que c'est tellement draînant, tellement une corvée, que ça ne vaut pas l'effort.

Mais c'est le contraire. L'amour compense pour bien des choses. Ma fille de trois ans me dit souvent "je t'aime maman". C'est tellement cute. Ça soulage l'esprit.

Mais les gens sont pauvres! Ils n'ont pas d'argent!

Regarde la réalité.

Est-ce que, dans notre société, il y a des enfants qui meurent de faim?

Non. Ça n'arrive pas.

Est-ce qu'il y a des enfants qui souffrent de déficiences nutritives tellement sévères que ça porte atteinte à leur santé à long terme?

Si ça arrive, ça n'arrive pas souvent.

Regarde les enfants dans notre société. Il y a beaucoup d'obésite. Ils ont beaucoup de jouets. Ils ont toutes sortes d'affaires. Ils ont peu de frères et de soeurs.

Viens pas me dire qu'ils sont tous pauvres! Viens pas me dire que les enfants sont tellement dépourvus qu'ils manquent de ce qu'ils ont besoin.

La population qui n'est vraiment pas en mesure d'avoir des enfants est relativement marginale. La grande majorité des gens sont capables d'avoir plusieurs enfants. C'est juste qu'ils préfèrent pas en avoir pour plusieurs raisons. Ils ont différentes priorités. Ils veulent faire d'autre chose. Ils croient les mythes que ça prend une énorme somme d'argent d'avoir des enfants.

Je ne condamne pas une décision personnelle d'avoir moins d'enfants. C'est certain que le nombre d'enfants qu'on choisit d'avoir est quelque chose de personnelle et on ne connaît pas toutes les décisions derrière cette décision. Peut-être il y a une question de santé, ou une autre raison cachée. Ce n'est pas là le "bo-bo".

Mais en tant que société, il faut avoir plus d'enfants. C'est clair que c'est une nécessité. Ce n'est pas nécessaire que tous les couples aient trois enfants. Mais ça prend beaucoup plus qu'il y en a présentement.

Si les gens ne décident pas qu'avoir des enfants est une priorité, c'est simple, le Quebec-- et le Canada français-- va disparaître, et les programmes sociaux vont s'effondre.

On a beau se conter toutes les histoires qu'on veuille, c'est ça la réalité. Il est temps les gens se le disent.

Aucun commentaire: